Passion-Géographie : premier forum francophone de Géographie
Bienvenue sur Passion - Géographie, le plus important forum francophone en la matière.
En espérant que vous puissiez vous y plaire ! L'inscription ne prend pas 10 secondes !



 
AccueilAccueil  PortailPortail  Faire une dédicaceFaire une dédicace  Google EarthGoogle Earth  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  Site pro  
Participez au concours n°41 en postant votre photographie !

Partagez | 
 

 La Corse: une région insulaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

yoyo

Hécatée de Milet
Hécatée de Milet


Masculin

Nombre de messages : 19

Âge : 33

Localisation : Punnauia- Tahiti- Polynésie Française

Réputation : 50

Points : 3388

Date d'inscription : 20/02/2010
MessageSujet: La Corse: une région insulaire   Sam 20 Fév - 1:56








Introduction :


- La
région Corse se compose de 2 départements que sont la Haute Corse et la Corse
du Sud. Elle représente la plus petite superficie du territoire français avec
8680 km² n’ayant aucun équivalent européen. Seul l’Etat Libanais pourrait en
quelque sorte s’y approcher.


- La
population corse inférieure à 300000hab (260000 hab en 1999), correspond à la
moitié de la population Luxembourgeoise ou encore à la population du COM de la
Polynésie Française. Soit 0,4% de la population nationale


- La corse
est singulière à plus d’un titre : elle est une « une montagne dans la mer » pour les géographes


-
L’organisation géographique corse est marquée par son éloignement à Paris et
par le rôle structurant de sa montagne ce qui fera l’objet de nos premières
parties. Enfin, l’Ile de beauté est un territoire ou le tourisme est
considérable même si il est quelquefois menacé par des groupes de pression
indépendantistes.


- Il
existe des spécialistes sur la Corse comme Renucci,
mais les sources sont assez lacunaires (1 colonne dans la GU)





1- Une île montagneuse du midi
méditerranéen, éloignée de Paris






11- La Corse : un espace de
périphérie



111-
L’insularité géographique et mentale de la Corse



- La Corse est une île en Méditerranée et explique l’éloignement
et la position géographique isolé de l’île.


- Paris se trouve à 850 km de Bastia et à 950km
de Bonifacio. La mer Méditerranée est un obstacle majeur.


- Mais la mer Méditerranée est franchissable soit en
bateau ou en avion : Ajaccio-Marseille = 10h de bateau alors que Ajaccio-
Paris = 1h40 en avion (lié à une volonté étatique = centralisation parisienne).



- Insularité mentale à travers la prime d’insularité qui
s’élève à 200 millions par an.


112- La
Corse est la plus proche des îles lointaines



- Géographiquement parlant, la Corse reste la plus
« proche des îles lointaines »


- Elle s’oppose aux RUP (région ultra-périphérique)
qualifiées par l’UE depuis 1978.


- Pour la Corse la situation de périphérie est réelle
dans le sens où nombre d’individus place difficilement la région corse sur une
carte.


113- La Corse : une île méditerranéenne


- Elle est la plus petite et la moins dense des 3 grandes
îles méditerranéennes (Sardaigne ; Sicile)


- Région la plus excentrée vers l’Est plus proche de
l’Italie (île Livourne et Sardaigne) que de la Provence Nice = 150km et
Marseille = 170 km)


- Liaison Bastia –Italie = CorsicaFerries





12- Une
montagne singulière qui cloisonne le milieu



111- La méridianité de la montagne
Corse (axe)



- La montagne
structure la région par son axe NNO-
SSE. Couvre 80% du territoire corse


- Montagne
de roches cristallines-siliceuses principalement (quartz) sauf au NE
(calcaire). Elle est un fragment alpin =
« Alpes corses »


- Appelée
« montagne continue », elle permet un franchissement Est-Ouest par
des cols liés aux principales vallées.


112- Une haute montagne


- 2
sommets connus des corses et des randonneurs : le Monte Cinto (2710m) et
le monte Rotondo à 2622m.


- Montagne
parait imposante car la moitié de la superficie est supérieur à 400m, et 1/5ème
du territoire est supérieur à 1000m. Conséquence = 14% de la SAU


-
Evidemment, la montagne laisse peu de place aux plaines littorale du NE
(Balagne), de l’E (Aléria) et du S (Figari)


- Haute
montagne avec végétation (maquis-garrique) = risque d’incendies l’été


113- Une montagne refuge


- Originellement
cette montagne = fonction de refuge.


- L’isolement
avait pour but de se cacher (Assassin du préfet Claude Erignac).











13- Un
climat méditerranéen (littoraux et plaines)



131- Un Héliotropisme
certain



- La situation géographique de la Corse permet
d’enregistrer le plus fort taux d’heures d’ensoleillement des régions
françaises (supérieur à 2600h d’ensoleillement par an). Ajaccio = 2790h contre
2240h pour Nice.


- Le climat méridional sur les côtes littorales et les
plaines explique l’attirance de continentaux, d’Italiens ou de Sardes sur cette
île.


132- Des
précipitations brutales et violentes (cote Est)



- Climat méditerranéen = brutalité et irrégularité des
pluies.


- Explique l’irrigation dans l’agriculture et la
dissecation des vallées orientales


133- La
montagne : une neige et un vent à considérer



- Particularité corse = la
montagne se dote d’un climat montagnard avec des précipitations neigeuses.


- De plus, il y a le rôle du vent
qui caractérise une île (brise de mer) et une montagne (brise de vallée)





2- La Corse: étude territoriale
et ensembles sous-régionaux






21- Un faible développement à
l’échelle territoriale



231- Une agriculture
traditionaliste : Elevage, pâturage, et estives dans la montagne



- La haute
et la moyenne montagne corse = élevage. Il y a pratique de l’estivage et de la
transhumance.


- Activité
difficile, qui ne permet pas aux bergers et familles de subvenir à leur besoin
= endettement des paysans fréquent


- Avant =
élevage ovin laitier (pour les sociétés de Roquefort) et Hoy = production de
fromage avec coopérative. Dvpt de la culture de l’olivier et de la châtaigneraie.


- Abandon
du système agricole traditionnel (déprise agricole) = population active agricole
= 5% en 1999


232- Une agriculture
modernisé : Horticulture, maraîchage, viticulture dans les plaines et
côtes



- Activité
développé (70-80’s) car plus rentable et adéquate au climat : fruits,
légumes et vignoble.


- La
SOMIVAC (Société de mise en valeur Corse), a rendu exploitable des terres qui
étaient autrefois insalubres, par la mise en place de vignobles (AOC), agrumes
(Kiwi, abricotier, clémentinier).


- Réalisé dans la plaine d’Aléria et de Ghisonaccia sur la côte orientale en
1957 mais eu des tensions vis-à-vis des travailleurs pieds noirs (rapatriés
d’Algérie) lié au chômage


233- Une sous-industrialisation qui fait la par belle au tertiaire


-
L’industrie représente 16% de la population active en 1999


- Bastia +
Ajaccio + Figari (située au Sud) = forme le réseau technopolitain
« Futura » qui reste bien faible à l’échelle territoriale. Ona aussi
la Corse Composite Aéronautique qui
fournit l’Aérospatiale (mais faible).


- Le
tertiaire représente 79% de la
population active en 1999


-
Sur-représentation du BTP, de l’hôtellerie ; service publique
(fonctionnaires) ; service d’Etat (militaire)


- Faible
PIB = 0,35% de la richesse ; PIB régional par habitant = inférieur à 18000
euros ; fort taux de chômage (10% lié au travail féminin)





22- Une Corse du vide


221- L’exception migratoire des
Midis français



-
L’évolution de la population corse dépend avant tout du phénomène migratoire.
Le SN est non significatif (+ 0,04%) alors que SM est de + 0,4 de 82-90 = + 8000
pers =retraités.


- La plus
faible densité du territoire français avec un niveau très inférieur à la
moyenne nationale : 30 hab/km² alors que la moyenne est de 106 -107
hab/km².


- L’exode
rural a été massif dans les années 60-80 et continue encore aujourd’hui (rythme
plus lent). R.Cheize et Sylvie Chédémail parlent d’ « évaporation
humaine »


-
Conséquence = perte de la force des
jeunes (22%) ; vieillissement de la population Corse = 25% (structure par
âge se modifie) ; et augmentation du nombre de célibataires


222- Un espace rural profond isolé


- Il y a dépeuplement
des villages corses. R.Béteille la classe dans « la France du
vide » dans la France des faibles
densités. On parle d’espace rural profond isolé (densité de 6 hab/km²)


- Donc il
y a marginalisation : actuellement, 70% des communes corses sont
inférieures à 200 habitants.


- Les 2
départements (Haute Corse et Corse Sud) = font partie des 8 dptments
métropolitains comptant moins de 150000 hab








23- Une
Corse urbaine



231- Un réseau urbain bicéphale
(Bastia et Ajaccio)



- Corse =
le plus faible taux d’urbanisation des régions françaises (60%)


- La ½ de
la population réside dans les 2 préfectures départementales: Ajaccio qui est la
capitale régionale (60000 hab) et sa rivale Bastia (45000 hab).


- Région avec
réseau urbain bicéphale car la 3ème ville = Porto-Vecchio (9000 hab
seulement).


- Issues
de la politique des villes moyennes de 1973 avec VGE = concentrent les ¾ de
l’activité tertiaire régional (bureaux administratifs, commerces …)


232- Des
villes du système urbain provençal



- 2 villes qui appartiennent au système urbain provençal car les
échanges existent sans être limités


- Les échanges de marchandises et
les flux d’hommes restent nombreux entre l’île et le continent.


- La ville ajaccienne et la ville
bastiaise = correspondances avec Marseille,
Toulon, Nice


- Les compagnies d’aviation et de
navigation (SNCM = Société Nationale Corse Méditerranée) bénéficient de 145 M d’euros de l’Etat au titre de la
continuité territoriale (prix assez bas)


233-
L’émergence de villes littorales et intérieures



- Importance d’un peuplement littoral malgré des côtes
inhospitalières


- Le phénomène urbain important = la périurbanisation des
villes littorales comme Propriano, Porto-Vecchio (10000 hab et en croissance)).


- Volonté régional de rééquilibrer les fonctions urbaines
pour éviter une crise corse. Pour une équité spatiale


- Des mesures importantes : exemple : le
conseil régional à installer l’université corse à Corte (6000 h soit 10 fois
plus petite qu’Ajaccio), sur un col entre deux vallées permettant de traverser
la montagne.


- Mais les axes entre Ajaccio et
Bastia restent les plus privilégiés : réseau routier et ferroviaire





III- Un tourisme et un
régionalisme marquant l’identité Corse






31-
Le littoral de l’île de Beauté : un atout
considérable



311- Des potentialités touristiques
à mettre en valeur



- Attraction
de l’île par les nationaux et par les étrangers (sardes ; italiens..)


- Atouts
de qualités : variété des paysages ; héliotropisme ; calme et sérénité ;
protection paysagère.


- Tourisme
au ralenti: il peut mieux faire mais dépend du contexte politique local
(conflit entre insulaires et tours opérators)


312- Des transports qui désenclavent
l’île de Beauté



- Rôle des
aéroports et des aménagements de plaisance (croisière en Méditerranée)


- Importance de 4 aéroports pour liaisons Corse
–Continent et pour liaisons Corse de « bord à bord »





Aéroports

Liaisons Corse- Continent

Liaisons de « bord à bord »

Bastia

Air France

CCM Air Lines (1999)

Ajaccio

Air France

CCM Air Lines (1999)

Calvi

Air France

Air Littoral

Figari

Ex Air-Lib

Ex Air-Lib





- Rappeler le poids de Bastia = 1er port à
passagers française de Méditerranée (2 M en 2000)


313- De nouveaux espaces
touristiques outre Bastia et Ajaccio



- Le doublet urbain : Calvi – Ile-Rousse qui est un
des plus visité en Corse : intérêt littoral (ports), architectural
(citadelles) reste unique.


- L’essor
de Bonifacio, Porto Vecchio = côte plate de sable ; Propriano = périurbanisation
d’Ajaccio = activités nautiques





32-
La revitalisation de l’espace rural par un tourisme
de montagne



321- L’agrotourisme ou tourisme vert
corse



- Activité
pour redynamiser l’espace rural en voie d’abandon. Il s’opère dans la Balagne
au Nord-Ouest (près de Calvi), en Castagniccia (Côté Est), et dans la montagne
corse.


- Permet
de valoriser le potentiel naturel, tout en tant développant les produits locaux
de qualité : exemple du vin corse Patrimonio.


322- L’ouverture du PNR Corse en
1972 : préserve et valorise le patrimoine naturel



- Volonté étatique et régionale à créer un parc naturel
régional en 1972 = valorisation de la faune et de la flore (1/3 de l’île) :
Formation végétale rare = « pozzine » et animal = mouflon de
Corse ; balbuzard pêcheur ; gypaète barbu (Projet Life)


- Englobe
le golfe de Porto et la réserve naturelle de Scadola dans la baie de Girolata
(façade avec sites classés au patrimoine de l’Unesco)


323- Le GR 20 et l’UCPA


- Dvpt des
activités de randonnées : 1500
km de sentiers balisés et 1500 lits en gîtes ou refuges
= GR20, pour les amoureux de la nature
mais surtout pour les sportifs et randonneurs


- Rôle du
jeune organisme (UCPA), pour les activités sportives = fait la promotion du
territoire Corse


324- Le tourisme hivernal : fragile
mais existant



- Quelques stations de ski mais peu fréquenté


- La Corse est une région touristique estival
principalement





33-
Un régionalisme important : s’effacer ou
s’affirmer ?



331- Un fort sentiment
d’appartenance à la région corse



- La Corse
= une culture singulière liée aux influences méditerranéennes et italiennes (pb
existe ailleurs : Pays Basque, en Bretagne, en Franche-Comté)


- Volonté
de se démarquer = boisson Corsica-Cola


- Rôle des
médias qui insistent sur la criminalité, les attentats, les explosions d’hôtels.


- A
noter : la réunion de travail du gouvernement Sarkhozy en corse (2007) ainsi que ses visites : rappeler que la
Corse est française.


332- Une organisation singulière: le
FLNC qui montre un certain problème Corse



- Le FLNC
= Front de Libération Nationale Corse est une organisation connue pour ses
mouvements régionaliste et nationaliste. Existe officiellement depuis 1975
(clandestin auparavant)


-
Reprennent l’héritage de Pasquale Paoli et revendique une autonomie au nom
d’une préservation de la Corse (lutte contre la marbellisation des côtes corses
= Calvi, île rousse).


- Mais conflit
est assez violent entre Bastia/Ajaccio : au centre du combat du FLNC.


333- Des irrégularités locales
médiatisées



- Des
problèmes tels : la corruption ; le clientélisme ; le
clanisme ; la loi du silence


- Rappel
de l’assassinat du préfet Claude Erignac en 1998, ou encore l’affaire des
paillotes en 1999 (non respect de la loi littoral) où Bernard BONNET est
intervenu (incendie).


334- Des aides françaises et
européennes nombreuses



- La Corse
bénéficie de privilèges qui lui reconnaissent une spécificité :
réduction de la taxe professionnel en 1994 ; mesures fiscales dérogatoires ;
Assemblée de Région ; 2 conseils généraux ; 2 caisses de sécurité
sociale ; et le PEI (Programme exceptionnel d’investissement) pour de
nouveaux équipements


- La Corse
bénéficie d’aides françaises : primes à l’aménagement du territoire
(PAT) ; aide de la loi montagne ; aides des contrats Etat-Région de
2000-2006.


- La Corse
bénéficie d’aides européennes avec le Programme Intégré Méditerranéen (PIM) et
Natura 2000.





Conclusion :


-
La Corse se trouve entre assistanat et particularisme


-
La Corse bénéficie d’énormes avantages qui compensent les handicaps de son insularité


-
La Corse est isolée mais n’est pas laissée pour compte


-
La Corse se trouve être entre concurrences internes et ouverture extérieure


-
La situation de l’agriculture moderne demeure inquiétante









Revenir en haut Aller en bas
 

La Corse: une région insulaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion-Géographie : premier forum francophone de Géographie :: Géographie régionale :: Europe :: Europe occidentale :: France-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit