Passion-Géographie : premier forum francophone de Géographie
Bienvenue sur Passion - Géographie, le plus important forum francophone en la matière.
En espérant que vous puissiez vous y plaire ! L'inscription ne prend pas 10 secondes !



 

AccueilAccueil  PortailPortail  Faire une dédicaceFaire une dédicace  Google EarthGoogle Earth  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  Site pro  
Participez au concours n°41 en postant votre photographie !

Partagez | 
 

 La Suisse, géographie générale et représentations mentales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22751

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: La Suisse, géographie générale et représentations mentales   Jeu 12 Aoû - 19:06

La Suisse, géographie générale et représentations mentales



---------------------------------------------------------------------------------------


Fiche 1 : Identité


1.Quelques chiffres :

Superficie : 41 285 km2
Population : 7,6 millions d'habitants
Capitale : Berne
IDH : 0,955
Régime politique : un état fédéral (démocratie dotée d'un régime parlementaire avec des instruments de démocratie directe)
Chef d’Etat et de gouvernement : Doris Leuthard
Langue officielle : allemand, français, italien et romanche1
Religion : catholicisme
Monnaie : franc suisse
Site internet officiel du gouvernement : http://www.admin.ch/

2.Localisation :

Art. 4 Langues nationales
Les langues nationales sont l’allemand, le français, l’italien et le romanche.
Source : Articles de la constitution, http://www.admin.ch/

3.Administration :

La Suisse a été baptisé Etat fédéral en 1848. Elle comporte, actuellement, 3 niveaux politiques : la Confédération, les Cantons et les Communes. La Confédération est en réalité le gouvernement suisse, cette appelation « Confédération » a été gardée en hommage à l’ancien système politique Suisse d’avant 1848.
Les Cantons jouissent d’une certaine souveraineté. Elles représentent des entités fédérées, chacun a son propre parlement. Cependant, les communes eux, dépendent des Cantons. En vue de leur quantité, certaines fusionnent entre-elles afin de mieux assumer leur tâches. Les communes se doivent de remplir les tâches qui leur sont établies par la Confédération et les Cantons.


4.Historique :

Dans le Moyen Âge, entre 1291 et 1551, débuta le commencement de la formation de la Confédération Suisse grâce à des pactes entre certains Cantons indépendants.Cette alliance a donné naissance à la Confédération des cantons.

Art. 3 Cantons
Les cantons sont souverains en tant que leur souveraineté n’est pas limitée par la
Constitution fédérale et exercent tous les droits qui ne sont pas délégués à la Confédération.
Source : Articles de la constitution, http://www.admin.ch/

Entre 1523 - 1536, la Suisse est touché par des mouvements religieux venus d’Allemagne : la Réforme est menée par Calvin et Zwingli à travers tous les Cantons. A cette même période, le système politique Suisse était une autocratie dirigée par des familles de haut rang loin des soucis de la population. Ce climat de tension va provoquer des mouvements révolutionnaires tout au long du 16ème et du 17ème siècle. Des guerres religieuses éclatèrent entre partisans de la Réforme et ses détracteurs qui défendent la doctrine officielle des Cantons, le catholicisme.
Au 18ème siècle, la Suisse connaîtra une période florissante tant au niveau industriel que scientifique. Elle jouira d’années de paix jusqu’en 1789, année de la révolution Française. Celle-ci contamine la Suisse où de nombreuses troupes de soldats français attaquent l’armée suisse. Le but est de faire de la Suisse un état qui sépare l’hexagone du reste des monarchies européennes. Les révolutionnaires français mettent temporairement fin au système de division des Cantons et mettent en place un état central nommé République Helvétique. Cette nouvelle réorganisation du pouvoir en Suisse sera un échec et s’effondra à cause de fortes dissensions.
En 1803, Napoleon, accompagné des délégués français et suisses, imposera à la Suisse un Acte de méditation qui subdivisera le pouvoir en fonction du nombre de Cantons.
En 1815, un nouvel acte voit le jour, l’acte de restauration, qui permet à la Suisse d’avoir un statut de neutralité.
Dans chaque Canton, vont se succéder des politiciens libéraux et conservateurs.
A l’aide de l’Autriche, les conservateurs parviennent à conclure un traité : le traité du Sonderbund, une coalition politique et militaire qui regroupe plusieurs Cantons.
En 1847, une courte guerre civile de quelques jours éclata, entre conservateurs du Sonderbund et libéraux. A l’issue de cette guerre, la Suisse deviendra un Etat fédéral. Les frontières intérieures sont abolies ; Le pays se dote d’une monnaie unique et d’une armée fédérale. Cette étape historique de la Suisse aura un impact primordial sur le système politique puisque la constitution sera remise à jour. Par cette redirection de la constitution, les cantons transfèrent certaines de leurs compétences à un organe commun. L’Etat se compose dès lors d’un parlement, d’une assemblée guidée par le peuple et d’un gouvernement centralisé.
Au 20ème siècle, le système politique Suisse continue de se développer en une entité fédérale. L’économie, quant à elle connaît une période florissante puisque la Suisse devient une des plus grandes puissances industrielles.
Pendant les deux guerres mondiales, la Suisse se cantonne à son statut de neutralité et échappe à tout contact direct avec les pays en guerre.
Depuis le 20e siècle, la Suisse est pourvu d’une certaine neutralité qui lui concède le nom d’Etat tampon. Elle continue à jouer ce rôle avec les pays qui lui sont limitrophes. Elle présentait une position géo-stratégique pour beaucoup de pays dont l’Allemagne, la France et l’Italie.


---------------------------------------------------------------------------------------


Fiche 2 : Environnement Politique



1.Pouvoir législatif :

Le pouvoir législatif est bicaméral dans un même parlement, c’est-à-dire qu’il est divisé en 2 chambres bien spécifiques. La première est constituée du Conseil national qui représente la population suisse composé de 200 sièges, tandis que la deuxième est constituée du Conseil des Etats qui représente les 26 Cantons composés chacun de 46 sièges. Le Parlement se construit grâce aux votes du peuple. Ensuite, c’est le Parlement lui-même qui votera pour former un nouveau gouvernement. Par ce système, on remarque un système politique qui est démocratique puisque on met la démocratie et la fédération sur un pied d’égalité.


Actuellement, 5 partis constituent le parlement :

  • Groupe de l’union démocratique du centre (Conseil N. : 59 Conseil E. : 6)

  • Groupe socialiste (Conseil N. : 42 Conseil E. : 9)

  • Groupe PDC/PEV/PVL (Conseil N. : 36 Conseil E. : 16)

  • Groupe radical-libéral (Conseil N. : 35 Conseil E. : 12)

  • Groupe des Verts (Conseil N. : 22 Conseil E. : 2)

  • Non-inscrits (Conseil N. : 6 Conseil E. : 1)


2.Pouvoir éxecutif :

La Suisse est une démocratie directe, c’est le peuple qui exerce son pouvoir. Par conséquent, le pouvoir exécutif a très peu d’importance dans la vie politique du pays. Le gouvernement dénombre sept membres représentant un parti, élus pour un mandat de quatre ans par le parlement (législatif). Le Président de la Confédération est un << primus inter pares >> (un premier de ses pairs). Ce dernier est élu pour un an, il exerce avant tout une fonction de représentation sans réel pouvoir propre et il est le dirigeant du Conseil fédéral. Chaque membre du gouvernement reçoit chacun à son tour le privilège de devenir le Président de la Confédération.

  • Hans-Rudolf Merz (Président de la Confédération) Membre du PLR

  • Doris Leuthard (Vice-Présidente du Conseil fédéral) PDC

  • Moritz Leuenberger PS

  • Pascal Couchepin PLR

  • Micheline Calmy-Rey PS

  • Eveline Widmer-Schlumpf PBD

  • Ueli Maurer UDC

  • Cornia Casanova PDC (Chancelière de la Confédération)


Il est responsable de l’activité gouvernementale. Il doit, tout d’abord, fixer les objectifs et les moyens d’actions de l’Etat. Par ailleurs, il doit faire en sorte que la situation de l’Etat et la société évolue en Suisse et à l’étranger.
De plus, le Conseil fédéral se voit compétent dans certaines matières législatives puisqu’il établit des lois et des arrêtés à l’Assemblée Fédérale. Le Conseil fédéral est dans l’obligation de vérifier l’efficacité du travail de l’administration.


3.Politique intérieure :

La confédération helvétique jouit actuellement d’une politique très égalitaire puisque son parlement se constitue de deux chambres distinctes : l’une est représentée par la peuple et l’autre par les partis politiques. Sa démocratie directe maintient une certaine pression sur le gouvernement. Le peuple joue un rôle important dans la politique, essentiellement grâce au Conseil national et aux référendums. En 2006, le peuple Suisse a voté pour un référendum plus strict au niveau de la politique d’immigration. Cet attrait pour ce référendum prouve bien une montée de l’extrême droite. L’acteur de cette votation extrémiste est Blocher. Politicien nationaliste du parti UDC (Union Démocratique du Centre). Ces lois empêchent l’égalité entre les immigrés et les Suisses. Par exemple, lorsqu’ils postulent pour un emploi, on vérifie d’abord qu’aucun travailleur de nationalité suisse ne correspond pour cet emploi. On interdit l’accès aux personnes sans papier et c’est souvent les demandeurs d’asile qui sont dépourvus de leur carte de séjour. Il est encore plus difficile d’immigrer en Suisse de nos jours.


4.Politique extérieur :

La Suisse a un certain prestige à l’étranger grâce à sa neutralité et à sa participation dans les organisations extérieures. Récemment, la Suisse a donné son accord à son intégration dans la convention de Schengen. Celle-ci promulgue l’ouverture des frontières entre les pays signataires. La Suisse en fait partie depuis le 12 décembre 2008 comme la majorité des pays Européens. Les objectifs de la Suisse, en matière de politique étrangère, sont assez pacifistes : Elle accorde une grande importance dans le respect des droits de l’homme et dans la coexistence pacifiste des peuples. Elle s’investit dans beaucoup d’organisations pour aider les populations étrangères en détresse. Bien que la Suisse soit située en plein cœur de l’Europe, elle ne fait pas partie de l’Union Européenne. C’est le peuple lui-même qui l’a décidé après un vote. Cependant, certains accords bilatéraux ont été signés afin de permettre une certaine entente entre ces deux dernières. Par exemple, certains permettent la libre circulation de transport ou personnes entre la Suisse et l’Union Européenne. Récemment, la population a voté avec une majorité (70%) pour l’interdiction de minarets dans les territoires suisses. Cette loi a touché une grande majorité des musulmans dans le monde arabe. Par conséquent, la Suisse perd à l’étranger sa réputation du respect des multiculturalités.


---------------------------------------------------------------------------------------


Fiche 3 : Environnement Naturel



1.Relief et géologie:

Par l’intermédiaire du docuement 3.1, on constate que la Confédération helvétique est composée de trois reliefs distincts : Le Jura, le plateau suisse (ou le Moyen Pays) et les Alpes. Les Alpes au sud englobent 58.5%, le plateau suisse au milieu du pays 31.5% et le Jura 10% au nord du pays.
Les Alpes sont constituées essentiellement d’une chaîne de montagnes. L’orogenèse (mécanisme de formation des montagnes) est tenue pour responsable de la formation des Alpes mais aussi du plissement du Jura. Elle est caractérisée par la rencontre de la plaque eurasienne et africaine qui a engendré la création de ce relief montagneux, mais aussi celle d’une plaine prenant la forme d’un bassin (plateau suisse). Ce massif montagneux touché par sa géologie est extrêmement complexe et inadapté à la vie de l’homme, il représente seulement 16% de la population. Au sud, les massifs sont cristallins et forment une chaîne de hautes montagnes où les altitudes dépassent largement les 4.000 m comme le Dom des Mischabel ou encore le Mont-Rose dans le canton du Valais. Le secteur jurassien, dit le Jura, habite 14% de la population du pays. Au Sud-Ouest du Jura, il apparait des plis serrés résultant d’une tectonique souple où s’étirent des vals culminant à plus de 1.600 m (Massif la Dôle = 1.677m). Tandis qu’au nord-est, l’épaisseur moindre des sédiments et la proximité du socle hercynien sont responsables d’une tectonique cassante. Derrière cette différence de plissement, on voit apparaître une décroissance du relief partant du nord-ouest allant jusqu’au sud-est du pays. Le Moyen Pays dit aussi d’une manière plus géologique le bassin molassique, représente actuellement plus de 70% de la population totale. Elle est une sorte de couloir entre le Jura et les Alpes, allongée sur 250 km et dont la largeur peut varier de 30 à 70 km. En réalité, c’est un tas de collines dont l’altitude varie entre 500 et 800 m, mais qui se relève pour monter à de plus hautes altitudes au contact des Alpes. Par contre, à l’ouest entre le plateau suisse et les Alpes, culminent de réelles montagnes hautes de 1.200 jusqu’à 2.000 m tel que la montagne le Rigi de 1.800 m (les Préalpes).


Nous pouvons diviser la géologie de la Suisse en 3 parties différentes malgré leur grand nombre de point commun. Au départ des Alpes, l’emplacement était submergé d’une mer appelé l’océan alpin ou la Tethys. Les chaînes de montagne sont essentiellement composées de massifs cristallins de l’ère primaire. De plus, une majorité des alpes sont formées de roches métamorphiques du mésozoique qui sont l’objet de la recristallisation ou de la déformation des roches sédimentaires due au changement de degrés de température. La création des Alpes suisses s’étalent donc durant l’ère du Paléozoique, mésozoique et cénozoique. Le Jura se déploie dans un large terrain de plis formant des chaînes de montagne. Avant cette chaîne du Jura, cet emplacement était quant à lui un océan appelé mer du Jura ou mer jurassique. Les roches du Jura sont essentiellement constituées de sédiments de calcaires, de marnes, d’argiles et de grés. Elles se sont formées au mésozoïque, plus précisément du Jurassique au Crétacé.
Le Moyen Pays, qui prend la forme d’un bassin entre le Jura et les Alpes, est principalement constitué de molasses (une couche de roches sédimentaires). Elles sont le résultat des débris de l’érosion des Alpes, qui s’est déversé sur tout le plateau suisse suite à l'élévation des montagnes pendant la fin de l’ère primaire et tout au long de l’ère secondaire. Elles se constituent à la fois de dépôts marins et continentaux (de grès, de marnes et d’argiles).


2.Climat et hydrographie :

Le climat est tempéré semi-continental et subit des influences océaniques, parfois méditerranéennes et aussi montagneuses. D’après le document 3.3, on remarque que la Suisse est située au plein cœur de l’Europe et par conséquent, elle subit de fortes influences dues aux quatre différents climats qui l’entourent. Un des premiers climats, venant du nord de l’Europe transporté par la bise, a tendance à être froid. Le deuxième, venant de la mer méditerranéenne et transporté par le foehn, est un vent chaud devenu sec après avoir escaladé les chaînes du sud des Alpes. Le troisième, venant de l’est, est un vent qui est froid ainsi que sec en hiver et chaud en été. Enfin le dernier, venant de l’Atlantique, est un climat océanique qui est tempéré et humide. Le climat de la Suisse relève d’une certaine complexité car il peut varier d’un endroit à un autre.
Sur le Moyen Pays, le climat est assez uniforme. Pendant les mois d’été, les températures sont chaudes et les pluies sont assez régulières (comme tout au long de l’année). Cependant en hiver, le temps est assez rude et froid. Les régions les plus chaudes, sauf exception, se situent sur le plateau. Elles bénéficient de bonnes températures d’une moyenne de 8.5° et de pluies régulières de 1089mm/an (Zurich, 2009).
Les Alpes et le Jura, marqués par leur relief, ont un climat semblable de type montagnard qui est relativement froid et humide. Cependant, les Alpes jouent le rôle de barrière climatique, le versant nord subit l’influence océanique tandis que le versant sud a tendance à subir l’influence méditerranéenne. A l’intérieur même des Alpes, plus précisément au centre, les vallées sont protégées ce qui permet donc l’existence de micro-climats secs dans ces régions comme celles qui sont présentes dans le canton du Valais (Région du Sion : 598 mm/mois). Il neige très souvent dans les zones montagneuses car à > 1500m d’altitude une grande majorité des précipitations devient solide. Le Tessin et le Valais sont les deux cantons dans lesquels leurs régions sont les plus ensoleillées (> 2000 heures/an).




On surnomme la Suisse comme étant le “ château d’eau” de l’Europe. Elle se situe sur la ligne de partage de cinq bassins hydrographiques : le Rhin, le Rhône, le Pô, l’Adige et le Danube. Il n’y a que les fleuves du Rhin et du Rhône qui prennent leur source en Suisse (Massif du Saint-Gothard). Pour les autres, ce sont des affluents qui se chargent de prendre leur source dans les terres suisses.
Le Rhin qui couvre une superficie de 36495 km² est le plus long et vaste fleuve de Suisse. En se référant au document 3.4, on peut constater qu’il entre en contact avec le lac de Constance et le lac de Neuchâtel et il quitte la Suisse en se jetant dans une embouchure de la mer du Nord. Son principal affluent est l’Aar. Le Rhône qui prend sa source dans le glacier du Rhône couvre une superficie de 10403 km². Le Doubs est un de ses affluents principaux. Le Rhône se rallie au lac Léman et en France, il se jette dans la mer Méditerranée.
Le Pô, le Danube et l’Adige ne sont pas présents de leur propre nom en Suisse, ce sont leurs affluents qui s’écoulent dans les territoires suisses. Et ce sont leurs affluents qui sont les fleuves émissaires de nombreux lacs suisses. Heureusement, les précipitations sont très fréquentes dans certaines régions. Elles permettent de remplir les lacs et cours d’eau. Certains fleuves à régime glaciaire doivent attendre que la glace fonde pour s’alimenter en eau. Tandis que d’autres fleuves sont influencés par un régime pluvial. Il existe des lacs souterrains qui parcourent les profonds sous-sols. De fortes quantités d’eau sont chaque année prélevées dans ces eaux souterraines pour répondre à la demande en eau.


3.L’environnement :

La Suisse est souvent comparée à un paradis de la nature. Le pays alpin recèle beaucoup de sites naturels et de recoins idylliques à la fois diversifiés. Près de 31% du territoire est recouvert de forêts. Les forêts sont importantes dans la biodiversité du pays puisqu’elles sont utilisées à la fois dans les besoins industriels mais aussi dans la survie des espèces animales. Les feuillus et les résineux s'élèvent de 1500m à 1900 m. Dans le Jura, on retrouve des paysages de montagne mais peu de glaciers. Le Jura tire son nom d’un mot celte qui veut dire << Forêt >>. Les chaînes de montagne jurassique sont parsemées de forêts riches et variés. Beaucoup de marais s’écoulent encore près des pâturages de sapins. Grâce à ces variations d’altitude présentes dans le Jura, il pousse des arbres et des fleurs de toutes sortes : cerisier, sapin, etc. Cependant, la plus grande diversité d'espèces végétales est présente dans la partie nord des Alpes suite à la complexité de son relief. Le Plateau est le plus pauvre en biodiversité à cause de la concentration des activités agricoles, mais aussi industrielles et de la densité de la population humaine qui vit sur le Moyen Pays.


---------------------------------------------------------------------------------------


Fiche 4 : Environnement économique



Introduction

La Suisse jouit de l’une des plus grandes économies au monde. Le niveau de vie, la qualité des services et la production industrielle sont parmi les plus réputés d’Europe.

PIB = 492,2 milliards USD soit $63136/hab. (en 2009)
PNB = 428 milliards USD soit $54925/hab
Dette publique : 43.2 % du PIB (2009)
Croissance économique : -1.5% (2009), inflation : -0.5% (2009)
Population active : 4522000
Population active/secteur : Primaire => 3.7%
Secondaire => 23 %
Tertiaire => 73.3 % (2009)
Taux de chomage : 3.3 % (2009)
Croissance économique depuis 2004, mais elle freine depuis mars 2008.


Source : Office fédéral de la statistique
© OFS – Encyclopédie statistique de la Suisse


1.Secteur primaire :


De nos jours, l’agriculture contribue à une place minime dans le PIB du pays (2%) et utilise seulement 3% de la population active. Certaines lois de la constitution ont été rédigées afin de garantir l’état actuel de l’environnement suisse à travers le travail de l’agriculture. Les fermiers doivent se soumettre à des règles écologiques très strictes afin de promouvoir l’environnement. Depuis toujours, la Suisse a un manque de matière première et de ressources naturelles. Pour combler ce manque, l’électricité est produite grâce à des centrales nucléaires et des centrales hydroélectriques alimentées par des barrages hydrauliques. Comme nous pouvons le constater sur le document 4.1, il y a beaucoup moins d’agriculteurs que dans d’autres pays.
Les principaux élevages sont constitués de bovins et de porcins. On a produit plus d’un million de tonnes de céréales et de betteraves sucrières ainsi qu’un demi-million de tonnes de pommes de terre. L’élevage se concentre dans les régions accidentées par le relief tandis que les terrains d’exploitation agricole ont tendance à se maintenir dans les régions de plaine. Le pays est placé 2e au rang mondial pour la production laitière grâce à la qualité de ses élevages.



2.Secteur secondaire :

Le secteur secondaire occupe 23.7% de la population active et contribue à 25.1% du PIB. La Suisse compte parmi les pays les plus industrialisés d’Europe. Ces dernières dizaines d’année, l’industrie a perdu de son importance au profit de secteur tertiaire. En se référant au document 4.2, on constate que les principaux secteurs industriels sont la chimie (pharmaceutique), la mécanique de haute précision et l’horlogerie. Les principaux produits créés par ces industries sont les montres, les machines, les instruments de haute précision et les biens pharmaceutiques. Nous pouvons citer des noms d’industrie qui sont très réputées comme Novartis, Hoffman-La Roche, Nestlé, Rolex ou encore Swatch. Ce secteur secondaire dépend bien évidemment du commerce extérieur. Une grosse majorité des produits sont envoyés dans les pays de l’Europe, d’Amérique mais aussi d’Asie. L’industrie, très diversifiée, est fortement concentrée à et autour de Zurich, au sud du Tessin et à Genève ou encore Bâle. Cette concentration d’industries est très stratégique car elle est située près des principaux réseaux ferroviaires (vers l’Italie et la France).



3.Secteur tertiaire :

Le secteur tertiaire joue un rôle important dans l’économie de la Suisse. Il occupe 73.3% de la population active et contribue à 72,9% du PIB (2009). Le secteur bancaire joue un rôle clé dans l’économie du pays. Il gère environ 10% de la fortune du monde entier. UBS et le Crédit Suisse sont les principaux acteurs du secteur bancaire, ce sont les leaders mondiaux. Sa particularité vient des banques privées qui offrent un anonymat aux clients et assument leur responsabilité. Ce secret bancaire est caractérisé par sa qualité et la discrétion originaires des anciennes lois sur la finance. Le franc suisse figure parmi la monnaie la plus stable au monde. Beaucoup de capitaux qui sont placés dans les banques suisses viennent de l’étranger. Le tourisme ainsi que les assurances sont également importants dans le secteur tertiaire. La Suisse est l’un des pays les plus visités au monde.. La population détient le record du peuple le plus assuré au monde.


4.Commerce extérieur :

Exportations : 177.7 milliards USD (2009)
Importations 162.6 milliards USD (2008)
215984 biens exportés (2008)
Principaux partenaires pour l’exportation : (76.5% pays industriels, 8.1 % pays en développement) : Allemagne 19.7%, Etats-Unis 9.6%, Italie 8.7%, France 8.6%
197521 biens importés (2008)
Principaux partenaires pour l’importation : (87.6% pays industriels, 4.7 % pays en développement) : Allemagne 33.3%, Italie 11%, France 9.4%, Etats-Unis 5.8%
Membre du OCDE, OMC et AELE

Source : Administration fédéral des douanes
Renseignements : Isabelle Staub, 0313226654, isabelle.staub@ezv.admin.ch

En dépit du manque de matière première, la Suisse s’est tourné vers l’exportation et l’importation de biens et services. Le commerce extérieur contribue énormément au PIB (10%). Les principaux clients et fournisseurs sont les pays industriels qui font partie de l’Union Européenne comme l’Allemagne ou encore l’Italie. On exporte des produits pharmaceutiques, des machines industrielles, des montres, des instruments de précision etc... On importe beaucoup de matières premières comme des produits chimiques, de l’énergie, des métaux etc... Les accords économiques bilatéraux signés avec l’Union Européenne et les autres partenaires commerciaux garantissent les intérêts économiques de la Suisse grâce au libre-échange. Le principale partenaire économique de la Suisse est l’UE.


---------------------------------------------------------------------------------------


Fiche 5 : Environnement social



1.Démographie :

Population: 7795750 habitants (2009)
Densité de population: 187 hab/km²
Taux de natalité: 9.77 / 1000 hab.
Taux de migration net: 3.85 migrant(s) / 1000 hab.
Indice de fécondité : 1.42 naissance(s)/femme
Croissance démographique: 1.1%
Taux de mortalité: 8.48 décès / 1000 hab.
Taux de mortalité infantile: 13.87 décès/1.000 naissances normales
Espérance de vie à la naissance: population totale: 81.21 ans
Taux d’alphabétisation: 99%

Source des chiffres : RFP, PETRA, ESPOP
Renseignement : centre d’information, section Démographie et migration, 032 713 67 11, info.dem@bfs.admin.ch

On peut constater, par le document 5.1, que la Suisse est un pays développé puisqu’il subit un fort vieillissement de la population. Le taux de migration ainsi que l’indice de fécondité sont très élevés et ils sont majoritairement responsables de cette augmentation. Malgré sa petite superficie, la Confédération helvétique regroupe un grand nombre de la population mondiale. Le relief du territoire explique cette disproportion de la population sur l’ensemble du pays. Très peu d’habitants vivent du côté des Alpes et aussi une partie du Jura car ils sont inappropriés à la vie de l’homme.
Depuis longtemps, les zones urbaines ont attirées la population habitants vers les grandes villes comme Zurich, Genève, Bâle ou encore Berne. Ces cinq cantons représentent 36% de la population. Le canton de Zurich regroupe le plus de monde puisqu’il représente à lui seul un peu plus d’1.300.000 habitants. Malgré la petite surface que Bâle et Genève représentent, ils regroupent à eu deux 892 milliers d’habitants. La population urbaine représente 75,2% de la population totale, beaucoup de gens ont fuit les campagnes. Comme dit plus haut, l’agriculture a perdu de sa valeur en Suisse. Ce qui explique le peu d’habitants qui sont encore présents dans les milieux ruraux.



2.Ethnographie :

La majorité des habitants sont originaires d’Europe. Les immigrants les plus nombreux ont été les Italiens, Allemands et Portugais. C’est l’un des pays européens qui a le plus haut taux de population étrangère. La principale communauté étrangère est italienne : elle compte 291 milliers d’habitants suivie des Allemands qui regroupent 234 milliers d’habitants. Les différentes langues officielles sont l’allemand, le français, l’italien et le romanche. Ce qui explique l’apparition de ces grandes communautés. Peu de personnes originaires d’Afrique ou de pays non-européens immigrent en Suisse.

Source des chiffres : RFP, PETRA, ESPOP
Renseignement : centre d’information, section Démographie et migration, 032 713 67 11, info.dem@bfs.admin.ch


2.Religion :

La Suisse n’a pas de religion “officielle”. Elle est très ouverte au multriculturalisme. D’ailleurs, la Constitution prône la liberté de culte sur ses terres.
Les deux religions majoritaires sont le catholicisme romain avec 43% de la population et le protestantisme, 32% de la population. Le protestantisme a une place très importante en Suisse, puisque les deux acteurs principaux (Jean Calvin et Ulrich Zwingli) de cette religion ont vécus en Suisse. La 3e religion est l’islam avec 4% de la population. Le judaïsme est également représenté: 0.25 % de la population. Beaucoup de Suisses sont en quête de nouvelles religions spirituelles et ont adhéré au bouddhisme et à l’hindouisme (0.5% de la population). 11% de la population déclare ne pas avoir de religion.


3.Coutumes, culture et mode de vie :

Les coutumes sont très variées grâce à au multiculturalisme et aux différentes religions que le pays abrite. La diversité culturelle y est un droit précieux et le respect de la tradition est inculqué depuis le plus jeune âge. Dans les régions alpines, on célèbre une coutume qui consiste à la montée des vaches dans les Alpes. On appelle cette coutume le “poya”. Les fêtes et coutumes sont très nombreuses. Elles sont souvent saisonnières comme la Saint-Nicolas qui est une coutume hivernale pendant laquelle le protecteur des enfants défile dans certains villages. Les carnavals occupent aussi une place importante dans la culture suisse. Il y a le carnaval de Bâle qui est l’un des plus réputés. Une majorité des musiques traditionnelles dites folkloriques sont jouées lors de fêtes traditionnelles. Il y a le yodel, le cor des Alpes ou encore le ranz des vaches qui est le chant joué durant le “poya”.


---------------------------------------------------------------------------------------


Fiche 6 : Conflit



1.Question pertinente :

Pourquoi la Suisse n’adhère-t-elle pas à l’Union Européenne ?


2.Analyse :

Historique du conflit: Au lendemain de la 2e guerre mondiale, des pays du continent européen décident de s’unir pour reconstruire l’Europe. En s’appuyant sur des relations économiques, l’unité de l’Europe va peu à peu prendre forme. Il faudra des décennies et différentes étapes pour que naisse l’Union Européenne telle que nous la connaissons aujourd’hui. Cette association coordonne la politique ainsi que l’économie de chaque pays membre dans le but d’unifier ces derniers. Elle exerce un certain pouvoir indiscutable sur ses Etats membres. L’UE compte actuellement 27 Etats membres (11 pays non membres). Pour certains pays, c’est eux-mêmes qui ont refusé l’adhésion à l’UE : la Norvège et la Suisse. Souvent, les raisons principales de ce refus sont les différences au niveau politique ou encore économique par rapport aux normes des pays membres de l’UE.
La Suisse et l’UE ont signé en 1972 un accord de libre-échange qui supprime les obligations tarifaires entre les deux partenaires et instaure une zone de libre-échange, malgré le maintien des contrôles douaniers. A la suite de ce premier accord, ils ont conclu un deuxième accord afin de garantir aux compagnies d’assurances suisses les mêmes droits que les assurances des Etats membres.
En mai 1992, la Suisse fait sa demande officielle d’adhésion à l’Europe. Cependant, suite au rejet par la population à l’adhésion de l’EEE (Espace Economique Européen), le gouvernement suisse n’a pu se résoudre qu’à suivre la voie des conventions bilatérales afin de promouvoir ses intérêts politiques et économiques avec l’UE. La demande d’adhésion à l’UE est, pour le moment, mise en suspens.
Les négociations, qui ont pris place durant les années suivant le référendum de 1992, ont abouti à la signature de plusieurs accords bilatéraux en 1999 (Accords bilatéraux I) et en 2004 (Accords bilatéraux II). Ces accords portent sur des domaines bien spécifiques dont le premier : libre circulation, recherche, agriculture etc… Quant au deuxième, il porte sur : coopération en matière de justice, de sécurité, d’asile et de migration (convention de Schengen), fiscalité, lutte contre la fraude etc… Ces accords sont avant tout soumis au vote de la population helvétique. Les référendums sur les accords bilatéraux ont connu un succès du côté de la population puisqu’ils ont été approuvés par une grande majorité des électeurs. En 2004, l’UE a accepté que la Confédération helvétique rejoigne l’Espace Schengen pour tirer profit de la suppression des contrôles frontaliers entre les pays membres. Elle y a adhéré fin de l’année 2008. Pour l’instant, on dit que la Suisse a « gelé » sa proposition d’adhésion à l’UE.

Description : Le conflit opposant la Suisse à l’UE est avant tout politique. Les acteurs du conflit sont l’UE, la population suisse et le gouvernement. La politique et l’économie suisse ne conviennent pas aux critères des pays membres de l’UE. Comme mentionné dans la fiche 2, la Suisse est une démocratie directe. Le conflit a débuté en 1992, lorsque le peuple a rejeté la proposition d’intégration à l’EEE. Ce qui a stoppé la lancée de son adhésion à l’UE. Depuis, le gouvernement suisse est dans une position complexe. Il se doit de remplir des accords qui permettent une entente entre les deux entités concernées. En d’autres termes, il faut satisfaire à la fois, la population et l’UE même si leurs priorités ne sont pas toujours les mêmes.


3.Conclusion :

Réponse à la question : Les opposants à l’adhésion de la Suisse à l’UE pensent qu’elle aura des effets néfastes au niveau économique. Si la Suisse adhère à l’UE, elle se verra contrainte de respecter plusieurs critères européens : augmenter sa TVA , payer des contributions à l’UE qui s’élèvent à + de 3 milliards/an, échanger le franc suisse contre l’euro et de dissoudre son secret bancaire.
Par ailleurs, la population suisse a peur d’être face à un afflux massif d’étrangers suite à son adhésion. De toute façon, le système politique helvétique (démocratie directe) est incompatible aux lois européennes. Contrairement à la Suisse, les membres de l’UE ont un gouvernement puissant qui prend à lui seul des initiatives. En Suisse, le peuple doit approuver par votation les décisions prises par les autorités. Dans le cas d’une future adhésion, la population se verra écraser par les décisions prises par le Parlement européen. La population ne pourra plus décider elle-même de l’avenir de son pays. Sans oublier que des lois et des articles devront être adaptés en cas d’adhésion. Une grande majorité de lois communes sont imposées aux parlements nationaux des pays membres. Si les Suisses rejoignent l’UE, ils ne pourront plus recourir au référendum pour s’y opposer.
La Suisse tient à garder son statut de neutralité. Elle a toujours apporté une aide non militaire pour aider les populations en crise. L’UE a, par contre, toujours préféré utiliser les armes. Cela suppose que la Suisse devra surement participer aux raids militaires comme chaque pays membre, le but étant d’avoir une politique commune. La Suisse est loin de faire autant de concessions. 

Position personnelle : Mon avis est assez mitigé dans le cas de ce conflit qui oppose la Suisse et l’UE. J’ai tendance à dire que la Suisse ne devrait surtout pas changer sa politique pour faire partie de l’UE. Si elle est un cas à part, elle a le droit de rester en dehors de l’UE. L’UE n’est pas une obligation même si le pays est sur le territoire européen. D’un point de vue global, les partis politiques souhaitent adhérer à l’U.E, mais le peuple rejette cette proposition d’intégration. Etant donné du système politique, le peuple est en droit de choisir ce qui est bon pour lui. Si la population a voté non c’est qu’il a ses raisons.
Cependant, il est clair qu’il ne faut pas s’attarder à voir que les facettes négatives du conflit mais aussi les aspects positifs. Je ne pense pas que l’adhésion pourrait entrainer des migrations importantes qui bouleverseraient l’identité nationale. De plus, la Suisse pourrait jouir d’une croissance économique car l’UE est son principal partenaire commercial. J’ai la nette impression que les accords bilatéraux ont une place importante dans les relations Suisses/UE, ils sont un premier pas vers l’adhésion. Ils permettront peut-être une relance des négociations et offriraient la possibilité d’une future adhésion même si rien n’est encore joué.


---------------------------------------------------------------------------------------


Carte de synthèse





---------------------------------------------------------------------------------------


Bibliographie



Livres :

[*]Universalis Encyclopedia, Les Pays P.464-466
[*]Universalis Encyclopedia, Le Corpus P.810-825
[*]Auteur Inconnu ,La Suisse, Culture et histoire : Vade mecum du touriste Berne, 1954
[*]Jean Ziegler, La Suisse lave plus blanc, février 1990
[*]Jean Ziegler, Une Suisse au-dessus de tout soupçon, 1976
[*]Fabien Dunan, Le modèle Suisse, 1991
[*]Pierre Accoce et Pierre Quet, La Guerre a été gagnée en Suisse, 1966
[*]Toni Labhart et Danielle Decrouez, Géologie de la Suisse, 2002
[*]Oskar Bär, Géographie de la Suisse, 1976
[*]OFEV, État de la biodiversité en Suisse, 2006
[*]Barbier, Géographie de la Suisse, 1973


Presse :

[*]Journal le Soir, “Les Suisses approuvent le passeport biométrique” dimanche 17 mai 2009
[*]Journal le Monde Diplomatique,”Suisse, une victoire de l’islamophobie, une défaite de la raison“, dimanche 29 novembre 2009, par Alain Gresh


Reportage :

[*]LA SUISSE VA-T-ELLE SE DECIDER A ENTRER DANS L'UNION EUROPEENNE ?, Objectif Europe, RTBF diffusé le 31/12/1994


Webographie


Internet :

http://www.admin.ch/
http://www.eda.admin.ch/
http://www.bfs.admin.ch
http://www.schweizerseiten.ch
http://www.economiesuisse.ch
http://www.swissworld.org/fr/
http://www.europa-planet.com/suisse/geographie.htm
http://www.parlament.ch/f/suche/pages/geschaefte.aspx?gesch_id=20083251
http://www.routard.com/guide/suisse/1368/geographie_et_climat.htm
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pays-zones-geo_833/suisse_447/presentation-suisse_1286/geographie_8504.html
http://www.atlasderschweiz.ch/francais/3d/geologie.html
http://www.chgeol.org/index_f.asp
http://www.geofri.ch/moodle1/mod/resource/view.php?id=1666
http://www.swissworld.org/fr/economie/
http://www.economiesuisse.ch/web/fr/pages/default.aspx
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pays-zones-geo_833/suisse_447/presentation-suisse_1286/economie_2322.html
http://www.europa-planet.com/suisse/economie.htm
http://www.lectorat.ch/article/actualite/fr
http://www.affaires-strategiques.info/spip.php?article2438
http://www.cosmovisions.com/
http://www.geofri.ch/
http://d-maps.com/
http://www.isyours.com
http://fr.alumnieeni.com/ch_fr.asp
http://www.pays-monde.fr/continent-europe-4/donnee-economie-suisse-206/pib-exportation-importation-pouvoir-achat.html
http://www.studentsoftheworld.info/informations_pays.php?Pays=SUI&Opt=economie
http://fr.mapsofworld.com/country-profile/switzerland1.html
http://www.europa-planet.com/suisse/economie.htm
http://fr.alumnieeni.com/ch_fr.asp
http://www.geopopulation.com/20100326/demographie-suisse-hausse-de-la-population-grace-au-solde-migratoire-en-2009/
http://www.geofri.ch/cartes/cartes_thematiques/suisse/
http://www.camsa-swiss.ch/views/index.php?option=com_content&view=article&id=18&Itemid=26&limitstart=6
http://www.swissinfo.ch/fre/politique_suisse/Rapprochement_difficile_entre_la_Suisse_et_lUnion_europeenne.html?cid=5880748
http://www.domainepublic.ch/files/articles/html/9685.shtml
http://www.forumdes100.com/2007/03/pourquoi_la_sui.html
http://horsparti.blogspot.com/2009/01/la-suisse-face-lunion-europenne.html


Travail réalisé par le membre de P-G nommé Eyewart


______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com


Dernière édition par Géographe le Jeu 12 Aoû - 21:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com

bache

Pausanias le Périégète
Pausanias le Périégète


Féminin

Nombre de messages : 284

Âge : 29

Localisation : Genève

Réputation : 211

Points : 5891

Date d'inscription : 28/01/2008
MessageSujet: Re: La Suisse, géographie générale et représentations mentales   Jeu 12 Aoû - 20:33

C'est pas mal !

J'ai trouvé quelques petits points que je soupçonne d'être inexacts.

Encore aujourd'hui je travaillais sur la géologie et la formation des Alpes, et a priori une très faible partie seulement du relief est composée de roches cristallines.

Quant à ta carte des climats, je suis très étonnée que des régions de très haute montagne ne soient pas présentées comme montagnardes mais comme chaud et sec : le canton du Valais (ton polygone au sud-ouest) se divise en effet en deux parties climatiques la vallée du Rhône chaude et sèche, et le reste, montagnes au sud principalement montant rapidement à plus de 3000 mètres. Et il n'y fait pas chaud !

Toujours sur le Valais, c'est un peu La région productrice de vin et tu ne l'as pas incluse dans les région viticoles! Et pourquoi ne pas avoir fait descendre celle-ci jusqu'a Genève, canton assez viticole aussi.

J'aurais également ajouté une fiche sur les politiques régionales, qui sont au coeur de la politique actuelle de la Suisse (dans la partie sur la politique interne par exemple, ou dans une partie aménagement du territoire).

Enfin, il manque Lausanne dans tes villes importantes, et ça en est une! Grosse ville universitaire et tertiaire!
Avec genève et des villes secondaire, elle forme ce que l'on appelle la métropole lémanique, qui se veut avec Zurich axée sur le tertiaire, que tu oublies dans ta carte de synthèse!

Petites références intéressantes:

Martin SCHULER et al. Atlas des mutations spatiales de la Suisse
Revue Tracés 01/ 2007, Repenser la Suisse : http://www.revue-traces.ch/sommaires.php?jahr=2007
Les ouvrages de François Walter
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22751

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: Re: La Suisse, géographie générale et représentations mentales   Jeu 12 Aoû - 21:30

Tu t'y connais en pédologie/géologie aussi?

______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com

bache

Pausanias le Périégète
Pausanias le Périégète


Féminin

Nombre de messages : 284

Âge : 29

Localisation : Genève

Réputation : 211

Points : 5891

Date d'inscription : 28/01/2008
MessageSujet: Re: La Suisse, géographie générale et représentations mentales   Jeu 12 Aoû - 22:07

Non Laughing Laughing

En fait j'ai révisé mes petites connaissances pour donner quelques cours à un suisse ces derniers temps, c'est pour ça que j'ose cette remarque, dont je ne suis pas totalement sûre, mais que je sors de son cours de géo (niveau terminale).
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22751

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: Re: La Suisse, géographie générale et représentations mentales   Jeu 12 Aoû - 22:51

Héhé, j'avoue qu'il faut que je travaille ma géologie Smile

Trois composantes peuvent être dégagées pour mieux appréhender cette montagne hors du commun :

– Les Grandes Alpes cristallines sont le domaine des hautes altitudes, des sommets élancés et vigoureux aux noms universellement prestigieux : mont Blanc, mont Rose.

– Développées dans l'enveloppe sédimentaire à forte dominante calcaire, les Préalpes occupent une position géographique externe. L'épaisseur et la compacité des calcaires sont à l'origine des célèbres parois verticales qui se dressent au-dessus de la nappe vert foncé des forêts de conifères et se mirent dans les lacs aux teintes quasi surnaturelles.

– Les roches tertiaires, détritiques ou à dominante schisteuse, constituent les Alpes internes. Élevées, en Vanoise notamment, ces montagnes ne sauraient posséder la vigueur et la majesté de leurs homologues cristallines ou calcaires.
(cf : encyclopaedia Universalis)

______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com

Borzakian

Anaximandre
Anaximandre


Masculin

Nombre de messages : 1

Âge : 36

Localisation : Paris

Réputation : 0

Points : 2612

Date d'inscription : 06/07/2010
MessageSujet: Re: La Suisse, géographie générale et représentations mentales   Sam 14 Aoû - 18:02

J'ajouterai à la bibliographie:
- Hamel I., 2010, Et si la Suisse ne servait plus à rien, Larousse, coll. "à dire vrai": un livre plutôt inégal, mais très plaisant à lire et assez bien documenté, dont on peut trouver un compte-rendu ;
- Les travaux de J.-L.Piveteau et B.Debarbieux sur l'identité suisse, mais dont je n'ai pas les références sous les yeux...
Revenir en haut Aller en bas
http://sites.google.com/site/geoechecs/

Eyewart

Hécatée de Milet
Hécatée de Milet


Masculin

Nombre de messages : 10

Âge : 25

Localisation : Bruxelles

Réputation : 0

Points : 2925

Date d'inscription : 04/05/2010
MessageSujet: Re: La Suisse, géographie générale et représentations mentales   Jeu 2 Sep - 23:42

J'avoue que mon travail n'est pas extrêmement précis, c'était juste pour donner une vision globale de la Suisse. Je pense réellement que si quelqu'un n'avait aucune connaissance sur la Suisse et si il en fait une brève lecture (de mon dossier), il en apprendrait énormément.
Revenir en haut Aller en bas

Eyewart

Hécatée de Milet
Hécatée de Milet


Masculin

Nombre de messages : 10

Âge : 25

Localisation : Bruxelles

Réputation : 0

Points : 2925

Date d'inscription : 04/05/2010
MessageSujet: Re: La Suisse, géographie générale et représentations mentales   Lun 6 Avr - 11:26

Revenir 5 ans après sur ce forum et voir le travail que l'on avait accomplit à l'âge de 17 ans : ceci n'est que le constat que le temps passe excessivement vite. Je remercie les administrateurs d'avoir gardé ce travail scolaire qui n'est pas aussi précis qu'un travail de professionnel, qui doit surement être parsemé de certaines fautes par ci par là, mais qui peut surement aider pas mal de gens néophytes à la géographie générale de la Suisse à mieux l'introduire ou même la cerner.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La Suisse, géographie générale et représentations mentales   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Suisse, géographie générale et représentations mentales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion-Géographie : premier forum francophone de Géographie :: Géographie régionale :: Europe :: Europe occidentale :: Suisse-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit