Passion-Géographie : premier forum francophone de Géographie
Bienvenue sur Passion - Géographie, le plus important forum francophone en la matière.
En espérant que vous puissiez vous y plaire ! L'inscription ne prend pas 10 secondes !



 

AccueilAccueil  PortailPortail  Faire une dédicaceFaire une dédicace  Google EarthGoogle Earth  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  Site pro  
Participez au concours n°41 en postant votre photographie !

Partagez | 
 

 Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Alver

Hécatée de Milet
Hécatée de Milet


Nombre de messages : 11

Date d'inscription : 13/07/2010
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Sam 6 Nov - 21:50

Citation :
Et vous êtes obligés d'enseigner ? Sinon vous perdez votre poste ?

Oui, à moins d'obtenir une disponibilité. Mais encore une fois je ne sais pas si c'est facile à obtenir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Wishyourworld

Ptolémée
Ptolémée


Masculin

Nombre de messages : 218

Localisation : Paris

Réputation : 270

Points : 6019

Date d'inscription : 12/04/2009
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Sam 6 Nov - 22:17

Alver a écrit:
Citation :
Et vous êtes obligés d'enseigner ? Sinon vous perdez votre poste ?

Oui, à moins d'obtenir une disponibilité. Mais encore une fois je ne sais pas si c'est facile à obtenir.

Il doit y avoir une durée minimale à faire avant la mise en disponibilité comme tout fonctionnaire. Avec aussi par la suite le risque d'être réintégré un peu n'importe ou dans les effectifs collège et lycée en cas d'echec pour les postes de maitre de conf.

Par ailleurs, si le principe est le même que dans le reste de la fonction publique, il y a peut être possibilité de detachement à l'issue du Master II, en cas de réussite du concours pour la bourse de thèse sur un poste d'Allocataire moniteur (être parmi les premiers ou le premier du master) et d'ATER par la suite, le tout représentant 5ans. Rappelons que la durée maximale d'un détachement est de 5 ans renouvelable une fois.
Toutefois, je ne suis pas complétement certain de la possibilité de détachement pour le poste d'allocataire moniteur et d'ATER car il s'agit d'un contrat de droit privé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gambetta

Pythéas
Pythéas


Masculin

Nombre de messages : 72

Âge : 33

Localisation : Lyon

Réputation : 40

Points : 3374

Date d'inscription : 18/05/2010
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Sam 6 Nov - 22:40

Pour répondre un peu en vrac à ce qui a été dit,

- Je parlais uniquement de la géographie. Mais les deux ne sont pas dissociés dans le secondaire. L'étrange résultat, c'est qu'un professeur d'histoire-géo, agrégé de géo, peut être d'une nullité effrayante en histoire par comparaison avec ses collègues certifiés.

- La solution d'avoir un poste de PRAG est séduisante pour ceux que la recherche intéresse peu (comme moi), mais cela paraît très difficile vu le nombre de postes. En outre le travail est énorme (même service qu'un agrégé dans le secondaire mais avec beaucoup plus de travail de préparation/correction - mais moins de travail de suivi des élèves il est vrai). C'est la solution que j'envisage à long terme (quand j'aurais enseigné quelques années en poste fixe en lycée ... dans 15 ans ?)

- Il est théoriquement possible comme cela a été dit d'être détaché dans le supérieur pour la thèse si on est allocataire-moniteur, avec deux difficultés matérielles : la baisse de revenu conséquente, et le risque d'une affectation hasardeuse en cas d'échec. Cela a déjà été dit mais ce n'est pas négligeable, une affectation non désirée peut être très mal vécue sur le plan personnel. (divorce, dépression, et suicide)*

- La mise en disponibilité est une démarche simple si on s'y prend à l'avance mais encore plus périlleuse (perte complète de salaire + affectation hasardeuse si retour dans le secondaire)

*C'est de l'humour noir de mauvais goût
Revenir en haut Aller en bas

bache

Pausanias le Périégète
Pausanias le Périégète


Féminin

Nombre de messages : 284

Âge : 29

Localisation : Genève

Réputation : 211

Points : 5956

Date d'inscription : 28/01/2008
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Lun 8 Nov - 23:40

Alver a écrit:


La deuxième raison est plus personnel, je pense que l'agrégation doit demeurer un concours permettant de sélectionner les futurs enseignants du supérieur. Je préfère franchement une sélection basée sur un concours, que les sélections sur dossier, souvent étranges... L'agrégation, un concours exigeant, permet d'assurer le bon niveau de la recherche française.


LA BONNE BLAGUE

Comme si à l'étranger le niveau était moins bon parce qu'il n'y a pas de concours... C'est plutôt tout l'inverse... La recherche française cessera d'être sclérosée quand elle abandonnera ses concours débiles se résumant à 10 mois de bachotage sur des sujets inintéressants, alors qu'ils auraient pu être passés à étudier des sujets pertinents pour la recherche!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Anne

Friedrich Ratzel
Friedrich Ratzel


Féminin

Nombre de messages : 1050

Localisation : Bordeaux

Réputation : 714

Points : 13411

Date d'inscription : 10/02/2008
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Lun 8 Nov - 23:53

Ça c'est dit. Wink

______________________________________________
Étudiants en master et doctorants : faites relire et corriger vos mémoires et thèses !
Revenir en haut Aller en bas

steel

Ptolémée
Ptolémée


Masculin

Nombre de messages : 212

Âge : 30

Localisation : Paris

Réputation : 80

Points : 4677

Date d'inscription : 03/12/2008
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Mar 9 Nov - 1:46

Bien vu Bache!
D'autant qu'il n'existe pas d'agrégation en sociologie et en anthropologie, et ça n'empêche pas nos chercheurs d'être très bons, et reconnus d'un point de vue international.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22816

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Mar 9 Nov - 3:17

bache a écrit:
Alver a écrit:


La deuxième raison est plus personnel, je pense que l'agrégation doit demeurer un concours permettant de sélectionner les futurs enseignants du supérieur. Je préfère franchement une sélection basée sur un concours, que les sélections sur dossier, souvent étranges... L'agrégation, un concours exigeant, permet d'assurer le bon niveau de la recherche française.


LA BONNE BLAGUE

Comme si à l'étranger le niveau était moins bon parce qu'il n'y a pas de concours... C'est plutôt tout l'inverse... La recherche française cessera d'être sclérosée quand elle abandonnera ses concours débiles se résumant à 10 mois de bachotage sur des sujets inintéressants, alors qu'ils auraient pu être passés à étudier des sujets pertinents pour la recherche!

Tu cites trois phrases mais tu n'en commentes qu'une. A ce moment là, autant faire dire à quelqu'un ce que tu ne veux pas entendre pour qu'il soit plus aisé de le contredire. De plus, il ne me semble pas que les sujets de l'agrégation soient inintéressant, tu ne fais qu'appuyer ton raisonnement sur un opinion tout à fait discutable. Les mobilités et l'Europe sont des sujets purement géographiques qu'il faut maîtriser et ce même lorsque l'on préfère étudier une problématique ciblée. C'est parfois les mêmes personnes qui dénoncent d'une part l'extrême spécialisation des études et d'autre part la connaissance variée.

L'école suisse a cette chance de pouvoir accueillir nos meilleurs chercheurs. Seulement il ne faut pas oublier les raisons multiples de cette émigration. Elle leur offre un cadre de vie aisé et une faible fiscalité. Pourtant, la plupart d'entre eux - je parle ici des chercheurs français qui enseignent en Suisse - sont agrégés. Les écoles suisse et allemande ne sont plus en mesure d'être potentiellement et absolument comparées avec l'école française ou américaine.

Si l'agrégation disparaît cela induit de nombreuses et mauvaises résultantes. Premièrement le niveau de la langue exigé et la clarté d'expression des admis s'opposent radicalement aux chercheurs et enseignants le devenant au gré des amitiés et des copinages. De plus, et je vois de là votre objection qui consiste à dire qu'un chercheur est avant tout un penseur, les rapports de l'agrégation montrent de manière significative qu'ils attendent des candidats plusieurs vertus parmi lesquelles on trouve : le contrôle de soi, l'audace et la réflexion. Car réfléchir ne sert pas à grand chose lorsqu'on se laisse aller à des errements multiples. Ces errements multiples sont pour moi la marque des élèves potentiellement bons mais cela ne suffit pas. Se confronter à un concours aussi difficile que celui de l'agrégation permet d'acquérir une certaine maturité. Je condamne d'ailleurs ceux qui s'arrêtent là et ceux qui oublient d'où ils viennent - si tant est qu'ils viennent de quelque part. Seulement tous les agrégés ne rentrent pas dans ce moule stéréotypé, j'ose encore le croire.


______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com


Dernière édition par Thibault le Mer 24 Nov - 13:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com

bache

Pausanias le Périégète
Pausanias le Périégète


Féminin

Nombre de messages : 284

Âge : 29

Localisation : Genève

Réputation : 211

Points : 5956

Date d'inscription : 28/01/2008
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Mar 9 Nov - 11:09

Thibault a écrit:
bache a écrit:
Alver a écrit:


La deuxième raison est plus personnel, je pense que l'agrégation doit demeurer un concours permettant de sélectionner les futurs enseignants du supérieur. Je préfère franchement une sélection basée sur un concours, que les sélections sur dossier, souvent étranges... L'agrégation, un concours exigeant, permet d'assurer le bon niveau de la recherche française.


LA BONNE BLAGUE

Comme si à l'étranger le niveau était moins bon parce qu'il n'y a pas de concours... C'est plutôt tout l'inverse... La recherche française cessera d'être sclérosée quand elle abandonnera ses concours débiles se résumant à 10 mois de bachotage sur des sujets inintéressants, alors qu'ils auraient pu être passés à étudier des sujets pertinents pour la recherche!

Tu cites trois phrases mais tu n'en commentes qu'une. A ce moment là, autant faire dire à quelqu'un ce que tu ne veux pas entendre pour qu'il soit plus aisé de le contredire. De plus, il ne me semble pas que les sujets de l'agrégation soient inintéressant, tu ne fais qu'appuyer ton raisonnement sur un opinion tout à fait discutable. Les mobilités et l'Europe sont des sujets purement géographiques qu'il faut maîtriser et ce même lorsque l'on préfère étudier une problématique ciblée. C'est parfois les mêmes personnes qui dénoncent d'une part l'extrême spécialisation des études et d'autre part la connaissance variée.

L'école suisse a cette chance de pouvoir accueillir nos meilleurs chercheurs. Seulement il ne faut pas oublier les raisons multiples de cette émigration. Elle leur offre un cadre de vie aisé et une faible fiscalité. Pourtant, la plupart d'entre eux - je parle ici des chercheurs français qui enseignent en Suisse - sont agrégés. L'école suisse et allemande ne sont plus en mesure d'être potentiellement et absolument comparées avec l'école française ou américaine.

Mais n'importe quoi !!!
Déjà l'école française est vraiment franco-française, les français ont énormément de mal à être reconnus à l'étranger. Sauf les Foucault, Deleuze, Derrida, qui ont d'abord été rejetés en France, bizarre, non ?
Je ne vois pas pourquoi les suisses et les américains ne pourraient être comparés alors que bon nombre de chercheurs suisses ont fait des postdoc ou des années de recherche aux USA et au Canada. Au lieu de s'enrichir de la sorte, les français passent l'agreg. Bouh.
De toute façon aujourd'hui le dynamisme se passe plutot chez les anglosaxons et outre-atlantique. Pourtant ils n'ont pas de concours.

Citation :
Si l'agrégation disparaît cela induit de nombreuses et mauvaises résultantes. Premièrement le niveau de la langue exigé et la clarté d'expression des admis s'opposent radicalement aux chercheurs et enseignants le devenant au gré des amitiés et des copinages. De plus, et je vois de là votre objection qui consiste à dire qu'un chercheur est avant tout un penseur, les rapports de l'agrégation montrent de manière significative qu'ils attendent des candidats plusieurs vertus parmi lesquelles on trouve : le contrôle de soi, l'audace et la réflexion. Car réfléchir ne sert pas à grand chose lorsqu'on se laisse aller à des errements multiples. Ces errements multiples sont pour moi la marque des élèves potentiellement bons mais cela ne suffit pas. Se confronter à un concours aussi difficile que celui de l'agrégation permet d'acquérir une certaine maturité. Je condamne d'ailleurs ceux qui s'arrêtent là et ceux qui oublient d'où ils viennent - si tant est qu'ils viennent de quelque part. Seulement tous les agrégés ne rentrent pas dans ce moule stéréotypé, j'ose encore le croire.

Ho parce qu'il faut passer par l'agreg pour savoir parler ? Tu m'en apprends une bonne. Une bonne formation de master te l'apprend tout autant, puisque tu passes des heures et des heures à décrypter la façon d'écrire les articles et à t'entrainer à en écrire.

Ce n'est pas parce qu'on ne passe pas l'agreg qu'on erre, et pas parce qu'on passe l'agreg qu'on n'erre pas, voyons, cesse d'être aussi hypocrite.

Il y a encore 2 mois tu parlais de passer le CAPLP, alors pas la peine de faire comme si tu étais un convaincu de l'agreg de la premiere heure.
Tu as l'air de défendre ton école pour te rassurer toi-même sur tes choix.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Wishyourworld

Ptolémée
Ptolémée


Masculin

Nombre de messages : 218

Localisation : Paris

Réputation : 270

Points : 6019

Date d'inscription : 12/04/2009
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Mar 9 Nov - 11:16

Ola, ola, faites attention mon cher Thibault, avec vos propos, on pourrait croire que vous avez le don de réussir assurément tout ce que vous entreprenez. Mais peut être êtes de la race de ceux qui, comme Einstein, n'ont jamais eu connaissance de leur intellect.
En tous les cas, je vous souhaites vivement une pleine "excellence" dans votre discipline.

Petite remarque en aparté, que vous soyez agrégé ou non, le recrutement dans le supérieur exige que vous soyez coopté d'une manière ou d'une autre. C'est le principe du supérieur, en France et dans le monde en général. Quant au copinage, c'est une question de vision des gens. Sachez que dans les logiques de forte réduction de poste, les gens qui intégrent la recherche sont toujours les meilleurs. En revanche, la question suivante est comment selectionner 1 dossier parmi 10 sachant que les 10 dossiers présentés sont excellents et quasiment de même niveau. Voila tout le pb de la recherche en France.
Alors votre agrégation dans ce jeu de selection n'est qu'un argument parmi d'autres et ne préjuge que d'une aptitude sur l'ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Anne

Friedrich Ratzel
Friedrich Ratzel


Féminin

Nombre de messages : 1050

Localisation : Bordeaux

Réputation : 714

Points : 13411

Date d'inscription : 10/02/2008
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Mar 9 Nov - 17:17

bache a écrit:
Citation :
Si l'agrégation disparaît cela induit de nombreuses et mauvaises résultantes. Premièrement le niveau de la langue exigé et la clarté d'expression des admis s'opposent radicalement aux chercheurs et enseignants le devenant au gré des amitiés et des copinages. J'ai personnellement l'ambition d'exceller dans ce que j'entreprends et vous ne me verrez jamais enseigner dans le supérieur tant que je n'ai pas acquis l'agrégation - quelques soient les propositions. De plus, et je vois de là votre objection qui consiste à dire qu'un chercheur est avant tout un penseur, les rapports de l'agrégation montrent de manière significative qu'ils attendent des candidats plusieurs vertus parmi lesquelles on trouve : le contrôle de soi, l'audace et la réflexion. Car réfléchir ne sert pas à grand chose lorsqu'on se laisse aller à des errements multiples. Ces errements multiples sont pour moi la marque des élèves potentiellement bons mais cela ne suffit pas. Se confronter à un concours aussi difficile que celui de l'agrégation permet d'acquérir une certaine maturité. Je condamne d'ailleurs ceux qui s'arrêtent là et ceux qui oublient d'où ils viennent - si tant est qu'ils viennent de quelque part. Seulement tous les agrégés ne rentrent pas dans ce moule stéréotypé, j'ose encore le croire.

Et pour finir, puisque cela vous déplaît, j'éviterai de tenir un discours moraliste.

Ho parce qu'il faut passer par l'agreg pour savoir parler ? Tu m'en apprends une bonne. Une bonne formation de master te l'apprend tout autant, puisque tu passes des heures et des heures à décrypter la façon d'écrire les articles et à t'entrainer à en écrire.

Là je suis d'accord avec bache. Pas besoin de passer l'agreg pour savoir parler ! Je n'ai qu'une "pauvre" licence et je crois faire partie des cinq personnes ayant le meilleur registre de langue sur ce forum, loin devant certains agrégés ! Je crains que le niveau de langue n'ait plus grand chose à voir avec le niveau du concours à partir d'un moment, et je ne vois donc pas ce que cela vient faire dans ce débat...

______________________________________________
Étudiants en master et doctorants : faites relire et corriger vos mémoires et thèses !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22816

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Mar 9 Nov - 18:25

Alors tente de lire quelques mémoires de deuxième année.

______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com

Alver

Hécatée de Milet
Hécatée de Milet


Masculin

Nombre de messages : 11

Âge : 30

Localisation : France

Réputation : 10

Points : 2775

Date d'inscription : 13/07/2010
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Mar 9 Nov - 18:26

Je maintiens mes propos. L’agrégation sanctionne une bonne culture générale, l’acquisition de solides méthodes, et un regard critique sérieux sur notre discipline. Ces qualités font parfois défaut à certains doctorants souvent trop spécialisés (dès le master).

J’ajoute que l’agrégation permet de faire le lien entre le secondaire et le supérieur, c’est à mon avis un aspect essentiel qu'il faut maintenir.

Citation :
Je crains que le niveau de langue n'ait plus grand chose à voir avec le niveau du concours à partir d'un moment, et je ne vois donc pas ce que cela vient faire dans ce débat...

Je suis d'accord avec vous sur ce point. Le niveau de langue d'un agrégé n'est pas forcément supérieur (surtout en géographie), même s'il faut écrire et s'exprimer correctement pour être admis.

Citation :
je crois faire partie des cinq personnes ayant le meilleur registre de langue sur ce forum, loin devant certains agrégés !

Quelle modestie... Dois-je me sentir visé?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Anne

Friedrich Ratzel
Friedrich Ratzel


Féminin

Nombre de messages : 1050

Localisation : Bordeaux

Réputation : 714

Points : 13411

Date d'inscription : 10/02/2008
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Mar 9 Nov - 19:28

Alver a écrit:
Citation :
je crois faire partie des cinq personnes ayant le meilleur registre de langue sur ce forum, loin devant certains agrégés !

Quelle modestie... Dois-je me sentir visé?

Je ne sais pas, devriez-vous ?
Ce n'est aucunement de la prétention mais la vérité. Je ne vise personne en particulier, cependant je constate que quand on atteint un certain niveau d'étude et/ou que l'on réussit certains concours, les autres sont subitement d'un niveau inférieur pour tout, et je voulais juste remettre les pendules à l'heure. Ce n'est pas parce qu'on passe l'agreg ou qu'on l'obtient que le niveau de langue augmente. En revanche, en travaillant la langue française on obtient toujours des résultats. C'était juste pour illustrer le fait que cette prise de bec sur le niveau en français n'a pas grand chose à voir avec le fait qu'il faille, ou non, l'agreg pour enseigner dans le supérieur. (Et franchement je suis étonnée que vous vous sentiez visé par mon propos, encore une fois je ne visais personne, il suffit de savoir que j'ai fait de la langue française mon outil de travail pour se dire que cette discussion me paraît futile).

______________________________________________
Étudiants en master et doctorants : faites relire et corriger vos mémoires et thèses !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Wishyourworld

Ptolémée
Ptolémée


Masculin

Nombre de messages : 218

Localisation : Paris

Réputation : 270

Points : 6019

Date d'inscription : 12/04/2009
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Mar 9 Nov - 23:54

Thibault a écrit:
Et pour répondre à Wish : l'année prochaine je pars à Bordeaux - en prépa agreg - tout en espérant que tes scénarii soient vaincs.

Esperons le mais c'est vrai que la conjoncture n'est pas bonne même quand on est pas mauvais.
Pour mettre tous les éléments de votre côté, pourquoi ne pas plutôt aller sur Paris. Un ami m'avait à l'époque vanté les mérites de la prépa agrég de l'ENS en auditeur libre (lui c'était en histoire par contre). Ils en prennent 4 ou 5 par an sur dossier je crois.
En tous les cas, bonne chance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22816

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Mer 10 Nov - 1:57

Il est vrai qu'être auditeur-libre est souvent gage de réussite. Je m'inscrirai au cas où! L'agrégation reste une priorité!

______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com
avatar

Wishyourworld

Ptolémée
Ptolémée


Masculin

Nombre de messages : 218

Localisation : Paris

Réputation : 270

Points : 6019

Date d'inscription : 12/04/2009
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Sam 13 Nov - 8:42

Suite à ce débat, je me suis livré à l'expérience suivante :
aller voir sur le site d'une UMR CNRS et compter le nombre de personnels titulaires ayant obtenues une agrégation. Les résulats sont sans équivoque et bien en deça de ce que j'avais en tête.
A savoir pour l'unité ESO, une des plus proches de la géographie traditionnelle, sur 95 enseignants chercheurs, on comptait seulement 7 agrégés (moyennant quelques autres certainement car tous les CV n'étaient pas en ligne).
Qu'en conclure, certainement l'argument complement inverse de ce qui avait été évoqué par une personne du forum, à savoir l'agrégation n'est plus utile pour enseigner dans le supérieur et du reste la plupart des enseignants eux mêmes le disent mais en mettant bien garde les jeunes devant
1/ la difficulté d'obtenir un poste
2/ par voie de conséquence le fort risque de se retrouver au pôle emploi après la thèse.

A noté que le concours existe aussi sous une autre forme pour le droit et l'économie en tant qu'agrégation du supérieur en plus de la traditionnelle agreg du secondaire (pour l'économie), pour ceux qui désirent passer par le concours pour être professeur des Universités. l'autre voie possible étant l'HDR.
Revenir en haut Aller en bas

MF

Hécatée de Milet
Hécatée de Milet


Féminin

Nombre de messages : 10

Localisation : Clermont Ferrand

Réputation : 40

Points : 2690

Date d'inscription : 07/09/2010
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Dim 16 Jan - 15:25

Je trouve le point de départ de cette discussion un peu curieux. En effet, pour être recruté dans le supérieur, il faut avoir soutenu sa thèse, être titulaire d'un doctorat, c'est la condition sine qua non. L'agrégation peut être un plus mais la différence se fait sur la qualité des travaux de recherche, d'autant que les jeunes doctorants ont la possibilité d'acquérir une expérience de l'enseignement par le biais du statut de moniteur-allocataire ou des contrats d'ATER (c'est ce qui se pratique le plus couramment). Pour le financement de la thèse, quand on n'a pas eu la chance d'avoir une allocation de recherche, il existe aussi les contrats CIFRE qui ne sont pas réservés aux "sciences dures"; nous en avons déjà eu quelques uns dans mon centre de recherche. Mais il faut se bouger pour trouver une structure d'accueil !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Wishyourworld

Ptolémée
Ptolémée


Masculin

Nombre de messages : 218

Localisation : Paris

Réputation : 270

Points : 6019

Date d'inscription : 12/04/2009
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Dim 16 Jan - 16:28

MF a écrit:
Je trouve le point de départ de cette discussion un peu curieux. En effet, pour être recruté dans le supérieur, il faut avoir soutenu sa thèse, être titulaire d'un doctorat, c'est la condition sine qua non. L'agrégation peut être un plus mais la différence se fait sur la qualité des travaux de recherche, d'autant que les jeunes doctorants ont la possibilité d'acquérir une expérience de l'enseignement par le biais du statut de moniteur-allocataire ou des contrats d'ATER (c'est ce qui se pratique le plus couramment). Pour le financement de la thèse, quand on n'a pas eu la chance d'avoir une allocation de recherche, il existe aussi les contrats CIFRE qui ne sont pas réservés aux "sciences dures"; nous en avons déjà eu quelques uns dans mon centre de recherche. Mais il faut se bouger pour trouver une structure d'accueil !

Vous avez parfaitement raison mais malheureusement le gestionnaire du forum Thibault était lui même convaincu que l'agrégation était une obligation pour le superieur. Il fallait lui démontrer qu'il ne s'agissait pas du critère de recrutement.
Je modérerais en rappelant tout de même que pour certains profils de MCF, on exige le concours (IUFM ou certains postes orientés concours).
Par ailleurs, certaines universités (rares) ne jurent encore que par le fameux concours.
Donc pour conclure, et surtout pour le modérateur, ou des professeurs de lycée ou college peu au fait des moeurs du sup, point de salut en dehors de l'agrégation est une erreur. La thèse oui mais l'agrégation ou plus facilement le CAPES peut être aussi pour éviter de se retrouver en situation difficile, après ses études, en cas d'échec aux concours du sup. Et cela quitte à se mettre en disponibilité pour faire sa thèse ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22816

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Dim 16 Jan - 16:37

Je préfère ce dernier discours WYW.

Pour répondre à l'avant-dernier post : "Oui c'est très curieux ce que je vous raconte, d'ailleurs le statut de PRAG n'a jamais existé".

Voilà

______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com
avatar

Gambetta

Pythéas
Pythéas


Masculin

Nombre de messages : 72

Âge : 33

Localisation : Lyon

Réputation : 40

Points : 3374

Date d'inscription : 18/05/2010
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Dim 16 Jan - 16:39

Wishyourworld a écrit:
ou des professeurs de lycée ou college peu au fait des moeurs du sup

Je ne me sens pas visé ... Razz
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22816

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Dim 16 Jan - 16:43

"Comme l'imagination a créé le monde, elle le gouverne", Charles Baudelaire vous répond de lui-même...

______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com
avatar

Gambetta

Pythéas
Pythéas


Masculin

Nombre de messages : 72

Âge : 33

Localisation : Lyon

Réputation : 40

Points : 3374

Date d'inscription : 18/05/2010
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Dim 16 Jan - 16:46

Sacré Charles, toujours un mot réconfortant.
Revenir en haut Aller en bas

M F

Invité

MessageSujet: PRAG   Dim 16 Jan - 17:48

Pour ce qui est des PRAG, j'avoue mon ignorance pour ce qui est du statut, mais je sais qu'ils existent ! Nous avons un poste dans notre département depuis 10 ans. Mais même si c'est plutôt destiné à des enseignants souhaitant faire une thèse -les deux titulaires (actuelle et précédente) ont soutenu leur thèse- ce n'est pas de tout repos car le volume d'enseignement est celui d'un agrégé donc le double d'un enseignant du supérieur, alors que les PRAG, n'étant pas "inspectés" ne bénéficient que d'un avancement à l'ancienneté, ce qui est financièrement défavorable par rapport à ceux qui enseignent dans le secondaire. L'idée est donc bien que l'on ne s'y installe pas ! L'avantage pour ceux qui préparent une thèse est la proximité avec la recherche et l'actualité de la géographie, la possibilité d'être associés aux programmes de recherche des labos.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22816

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Dim 16 Jan - 19:15

Vous vous contredisez au sein même de votre message. Je n'aime pas trop répondre de la sorte, mais là c'est flagrant.

Qu'entendez-vous par "- les deux titulaires... thèse -" ?

Vous dites :

1) Statut destiné aux enseignants souhaitant faire une thèse

2) L'idée est donc bien que l'on ne s'y installe pas !

Je ne comprends pas la logique.

Je vais me renseigner, mais j'ai du mal à croire que la faculté de géographie de Clermont n'ait vu passer qu'un seul PRAG depuis 10 ans.

______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22816

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Dim 16 Jan - 19:18

En fait, pas besoin de vérifier puisque j'en connais déjà deux de nom qui y enseignent :

- Françoise Cognard

- Alain Sigayret


Pourquoi mentir ? Quel est l'intérêt ? Donner de l'espoir ?

______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com

M F

Invité

MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    Dim 16 Jan - 22:04

Bon, je vais essayer de faire des efforts d'explicitation

1- Je ne donne SURTOUT pas de faux espoirs, bien au contraire. Comme cela a déjà été écrit, pour les MCF c'est particulièrement bouché; quand un poste est ouvert au concours dans une fac, il peut y avoir 60 à 100 candidatures ... qui sont toutes bonnes à excellentes ! Certes, souvent les candidats se présentent sur plusieurs postes, mais cela donne une idée du ratio.

2- Il y a eu 2 PRAG qui se sont succédé sur le poste de géo (l'autre n'est pas en géo mais en informatique bien que rattaché au département de géo) ; la première l'a quitté quand elle a obtenu son doctorat et qu'elle est devenue MCF ; c'est en effet Françoise Cognard qui l'a remplacée (actuelle PRAG mais qui ne devrait pas le rester (en tous cas on peut le souhaiter pour elle) puisqu'à son tour elle vient de soutenir sa thèse et va se présenter à des postes de MCF).

3- Pour les postes de PRAG, je ne donne pas de faux espoirs non plus : il me semblait au contraire insister sur le caractère ingrat de la position de PRAG qui fait que c'est une position dans laquelle on ne s'attarde pas de son plein gré. Si vous connaissez Françoise Cognard, vous pourrez lui faire confirmer. Ingrat parce que c'est un travail énorme, je l'ai déjà dit, volume horaire double par rapport à celui des MCF et des PR, qui plus est souvent avec une part très importante de TD donc aussi beaucoup de corrections de copies. Ingrat aussi du point de vue financier qui n'est pas du tout intéressant car la progression est très lente (beaucoup plus lente que dans le secondaire)... ce sont des choses qui peuvent compter. Conclusion : ce n'est intéressant que si l'on envisage de soutenir une thèse dans un délai raisonnable pour devenir ensuite MCF, donc à voir plutôt comme une situation transitoire, du moins c'est mon point de vue.

4 - Au final, s'il s'agit de répondre à la question, comment enseigner dans le supérieur, il est indiscutable que le critère quasiment exclusif en géo (agrégation ou pas) sera celui de la recherche (qualité de la thèse, nombre de publications et insertion dans des programmes de recherche). Ne pas oublier d'une part que les labos ont besoin de conforter leurs effectifs, ce qui est vital car les évaluations portent sur l'importance des recherches. Ensuite (en lien avec le point précédent) cela s'explique aussi par les spécificités de la géo (par rapport à l'histoire) qui se signale par l'importance de l'offre dans les Masters professionnels (et maintenant les licences pro). Les étudiants de géo se détournent des concours de l'enseignements au profit de ces formations. En M2, vous pouvez avoir 4 étudiants qui préparent l'agrégation pour 50 à 60 en master pro (ce sont en gros les chiffres de Clermont avec 3 filières de masters pro en humaine), ce qui a forcément des répercussions sur les recrutements : il faut des enseignants spécialisés, capables d'intervenir dans les problématiques développées dans ces M2, et qui poursuivent des recherches dans ces domaines afin de rester en adéquation avec la demande. Conclusion : si malgré toutes les difficultés, vous voulez vraiment enseigner dans le supérieur, il vous faut d'abord TRÈS bien choisir votre sujet de thèse.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?    

Revenir en haut Aller en bas
 

Débat du mois de novembre : Faut-il nécessairement l'agrégation pour enseigner dans le supérieur ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion-Géographie : premier forum francophone de Géographie :: La géographie au quotidien :: Débat mensuel-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit