Passion-Géographie : premier forum francophone de Géographie
Bienvenue sur Passion - Géographie, le plus important forum francophone en la matière.
En espérant que vous puissiez vous y plaire ! L'inscription ne prend pas 10 secondes !



 

AccueilAccueil  PortailPortail  Faire une dédicaceFaire une dédicace  Google EarthGoogle Earth  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  Site pro  
Participez au concours n°41 en postant votre photographie !

Partagez | 
 

 Vidal était-il géographe?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Yeah_Dude

Hérodote
Hérodote


Masculin

Nombre de messages : 37

Âge : 26

Localisation : Mars

Réputation : 0

Points : 2172

Date d'inscription : 09/06/2013
MessageSujet: Vidal était-il géographe?   Lun 2 Déc - 15:21

J'ai vu souvent décrite la géographie comme remontant historiquement à sa conceptualisation par Paul Vidal de la Blache. J'ai eu des cours dans ce sens, et vu un certain nombre de manuels qui reprenaient cette idée, faisant de la géographie une discipline récente, ayant été à ses débuts située entre sciences naturelles et sciences sociales, et ayant par la suite balancé d'abord du premier côté, puis de l'autre, puisqu'elle s'assumerait aujourd'hui comme une science humaine.


Et pourtant, l'histoire de la géographie est bien plus ancienne. Et la plupart des manuels le mentionnent. Elle a consisté dès l'antiquité à décrire la surface de la Terre. Par l'écrit d'une part, avec les récits des marchands, marins, explorateurs, qui rapportaient ce qu'ils avaient vu, mais aussi de manière beaucoup plus rigoureuse via le développement de méthodes mathématiques liées à l'astronomie (développement de systèmes de coordonnées pour localiser précisément les éléments, Ptolémée par exemple), qui ont donné la géodésie et la topographie avec le temps.

Ces méthodes se sont développées tout au long de l'histoire de l'humanité, on voit nettement les progrès effectués entre la carte de Cassini et la carte d'État-Major par exemple, si on se penche sur des temps assez proches. L'écrit aussi a subsisté longtemps, et on a pu voir les géographes en partie comme des compilateurs de sources diverses s'efforçant à partir de leur examen d'obtenir une description aussi précise que possible de la surface de la Terre, qu'ils pouvaient ensuite cartographier.

Et l'ensemble du processus d'acquisition, de traitement, puis de représentation de ces données correspondait à la géographie, au XVIIIe siècle si je ne me trompe pas il y avait des ingénieurs-géographes chargés de faire les relevés topographiques, et des géographes qui compilaient des sources.

Donc plus de vingt siècles de recherches, de perfectionnement des techniques, d'affinement des connaissances. Ce qui n'empêche pas Jean-François Deneux, dans son livre Histoire de la pensée géographique, de parler d'état pré-scientifique de la discipline.

Si on suit son livre, la géographie s'est constituée en tant que science avec Vidal, qui suivait les traces de Von Humboldt, Ratzel et Ritter. Il n'est pas le seul à supposer une forme de continuité entre l'activité de description de la surface de la Terre qui était pratiquée jusque là et la géographie de Vidal, Scheibling le fait aussi si je ne m'abuse. D'ailleurs Vidal lui-même décrivait la géographie comme « science des lieux ».

Là où je m'interroge, c'est que ce que Vidal proposait comme géographie n'avait rien à voir avec la description de la surface de la Terre. Lui, il proposait l'explication de celle-ci. Ce qui ne demandait pas du tout les mêmes méthodes, et correspondait à un objet d'étude différent. Expliquer le pourquoi de l'organisation humaine et physique d'une région, ça passe par les méthodes de la géologie, de la botanique, de la sociologie, de l'économie, etc… Mais ça ne demande pas de produire des informations quant à la description de sa surface : je veux dire, Vidal n'a jamais dressé de carte topographique, son activité de recherche se basait sur les documents produits par les processus qui constituaient la géographie, mais lui-même n'était pas à leur origine. Il s'en servait comme documents de travail, pour y appliquer des interrogations issues en partie d'autres disciplines.

Il faisait donc résolument autre chose que ce qui avait jusque là été considéré comme de la géographie. Son travail ne s'appuyait nullement sur les sciences géographiques, il ne s'inscrivait pas dans leur continuité, son seul lien était qu'il se basait sur leur produit, mais pour analyser des logiques de répartition. D'ailleurs sa formation n'avait rien à voir avec tout ça, lui il était historien, avec une certaine culture en sciences naturelles.

Les Tableaux de la géographie de la France, ce n'est pas un nouveau jalon dans l'histoire de ce qui était jusque là la géographie, c'est l'avènement d'une discipline plutôt chorologique (qui étudie la logique des lieux en gros, qui cherche à comprendre le pourquoi de leur organisation), mais qui prend à son compte le terme de « géographie », surtout qui s'inscrit dans le cadre universitaire. Mais qui n'a aucun lien avec la description de la surface de la Terre, c'est une discipline qui s'est développée exclusivement dans le cadre universitaire, du côté des lettres, et qui lorgnait aussi bien du côté de la sociologie que du côté des sciences naturelles pour mener à bien ses explications.

La définition de la géo comme entre sciences naturelles et humaines, c'est de là que ça vient. Mais en ne concevant la discipline qu'à partir de Vidal, on loupe totalement le fait qu'il existe une autre géographie, qui elle correspond au sens étymologique du mot, et qui ne cesse nullement de se développer. Au contraire, elle a connu des changements majeurs dans ses méthodes avec le développement de l'aviation, de la photogrammétrie, puis de la télédétection. Mais ces évolutions n'ont pas du tout été prises en compte par la géographie vidalienne, universitaire, occupée avec de Martonne à se distinguer des collègues sociologues en insistant particulièrement sur la dimension naturaliste.

Oui parce que Durkheim avait fait remarquer que l'explication de la répartition des sociétés, tout en devant s'appuyer sur les résultats des sciences naturelles, consistait plus à de la morphologie sociale, ce qui étymologiquement correspondait bien. Toutefois en se définissant comme « science des lieux », la géographie universitaire ne voyait pas le besoin de se limiter à une étude des sociétés à la lumière de phénomènes physiques, mais pouvait tout aussi bien étudier les phénomènes physiques constituant les lieux, d'où son basculement vers la géomorphologie.

Donc à côté de la géographie à l'ancienne qui continuait à progresser, s'était développé une discipline universitaire qui en prenait le nom, s'y sentait malgré tout liée et donc reprenait les cartes et les lieux, mais qui produisait en fait un savoir sans rapport direct, mais qui était produit à partir des connaissances géographiques entre autres que produisaient les ingénieurs. D'où les reproches de Lacoste envers la « géographie des professeurs », totalement déconnectée du pouvoir : normal, la géographie qui sert à faire la guerre n'avait tout simplement jamais été faite par les professeurs. La chorologie, ou morphologie sociale, elle, n'avait rien à voir avec ça.

Du coup je me demande si Vidal a bien fait d'appeler sa discipline « géographie », ou s'il aurait été plus pertinent d'assumer directement le fait qu'elle ne produisait pas directement des éléments de description de la surface de la Terre mais se basait seulement sur ceux-ci comme source d'informations. Du même coup il aurait peut-être été possible d'obtenir une définition plus claire des problématiques de recherche, qui aurait évité d'osciller entre sciences humaines et naturelles sans trop savoir où se placer. Qu'est-ce que vous en pensez ? Je précise que ce ne sont que des interrogations, je ne connais pas à fond l'œuvre de Vidal, mais j'aimerais bien avoir des éclaircissements sur le changement de sens attribué à la géographie avec le passage de son œuvre.
Revenir en haut Aller en bas

Yeah_Dude

Hérodote
Hérodote


Masculin

Nombre de messages : 37

Âge : 26

Localisation : Mars

Réputation : 0

Points : 2172

Date d'inscription : 09/06/2013
MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   Jeu 5 Déc - 21:50

Pas de réactions? Vidal de la Blache est quand même important, ça me semble intéressant de se pencher sur son travail vu la position de fondateur qu'il me paraît occuper aujourd'hui dans la discipline en France.Very Happy
Revenir en haut Aller en bas

Yeah_Dude

Hérodote
Hérodote


Masculin

Nombre de messages : 37

Âge : 26

Localisation : Mars

Réputation : 0

Points : 2172

Date d'inscription : 09/06/2013
MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   Sam 14 Déc - 0:17

Je relance un peu le sujet avec une citation extraite de l'encyclopédie Larousse de 1974 sur laquelle je suis tombé par hasard, qui introduit l'article "géographie" :

"Étymologiquement, science qui a pour objet la description de la surface de la Terre.
    La géographie continue à considérer que c'est là sa tâche essentielle. Dans d'autres domaines scientifiques, les transformations progressives de la curiosité et les progrès des connaissances se sont traduits par des changements de vocabulaire : on a cessé de parler d'histoire naturelle, les sciences biologiques l'ont remplacée. Rien de tel ne s'est produit pour la géographie : l'accent est passé de la description naïve à la description raisonnée et à l'interprétation. Le terme de géologie, qui aurait permis de souligner cette nouvelle orientation, avait déjà pris un autre sens. On a essayé celui de chorologie, ou science des lieux : le mot n'a pas connu de succès. Il est employé depuis plusieurs siècles, mais ne s'est pas imposé au public."

C'est la première fois que je vois un texte sur la discipline qui fait le point d'emblée sur la transition qu'a subi la discipline en passant de descriptive à explicative. Le reste de l'article reprend la discussion classique sur les différentes géographies existantes (physique, humaine, etc), mais mentionne clairement l'enjeu, dans les débats épistémologiques dont elle a été l'objet, de savoir quel est son objet d'étude propre si elle veut dépasser le stade descriptif, reconnu lui comme attribut propre à la discipline.

L'article est signé P.C, je n'ai pas eu le temps de trouver le nom complet, peut-être Paul Claval?

Ça résume assez bien mon interrogation sur Vidal de la Blache : celui-ci a fondé en milieu universitaire une discipline chorologique, mais dont on peut se demander si elle consiste vraiment en de la géographie, puisqu'elle ne s'appuye pas sur le baguage méthodologique qui permet de décrire la surface de la Terre (et ainsi de répondre à la question "où?"). Avec Vidal, la "géographie" universitaire ne répond en fait qu'à la question "pourquoi là", en s'appuyant sur les connaissances produites au préalable par la géographie, mais sans participer elle-même à la production de ces connaissances.

Enfin c'est l'impression que j'ai, justement je serais curieux d'avoir vos réactions Very Happy . Si ce que l'on étudie est de la chorologie, ou de la morphologie sociale, doit-on continuer à se rattacher à la tradition cartographique? Comment définirait-on alors l'objet d'étude propre d'une telle discipline? Question
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Verpadoro

Hipparque de Nicée
Hipparque de Nicée


Masculin

Nombre de messages : 155

Âge : 25

Localisation : France

Réputation : 90

Points : 3823

Date d'inscription : 03/12/2011
MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   Sam 14 Déc - 21:08

J'avais déjà lu le gros pavé, sans pourtant réagir.

Ce qui m'a bien fait sourire, c'est "la description naïve à la description raisonnée". A croire qu'on est passé d'une science en retard à une véritable science.
Revenir en haut Aller en bas

Yeah_Dude

Hérodote
Hérodote


Masculin

Nombre de messages : 37

Âge : 26

Localisation : Mars

Réputation : 0

Points : 2172

Date d'inscription : 09/06/2013
MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   Sam 14 Déc - 23:50

Bonne remarque Verpadoro, c'est une des limites de cet article. Cette vision de la géographie d'avant Vidal de la Blache comme pré-scientifique, qu'on retrouve aussi dans le livre de Deneux sur l''histoire de la pensée géographique, est assez absurde : la topographie et la géodésie étaient déjà très avancées à l'époque, il suffit de jeter un œil aux cartes d'état-major pour s'en apercevoir. La description de la surface de la Terre n'en était pas restée aux récits de voyages, très loin de là.

La culture de Vidal le portait par contre plus à la connaissance de ces récits qu'à celle des sciences géographiques, je me souviens avoir vu une citation de lui où il faisait l'éloge de Strabon par rapports aux récits de voyage, ce qui est peu surprenant vu son background littéraire d'historien.

Sinon, mon point de vue te semble pertinent?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22847

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   Lun 16 Déc - 21:11

Bonjour chers amoureux de la géographie. Je vais prendre le temps de vous lire dans la semaine ; je suis malheureusement et malgré moi très occupé ces temps-ci. Pourquoi le message de Verpadoro est-il effacé ?

______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com
avatar

Verpadoro

Hipparque de Nicée
Hipparque de Nicée


Masculin

Nombre de messages : 155

Âge : 25

Localisation : France

Réputation : 90

Points : 3823

Date d'inscription : 03/12/2011
MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   Mar 17 Déc - 21:19

J'ai bien essayé de le mettre avec une police normale, sans y parvenir. Mais le message n'est pas tronqué, il était aussi court que ce que l'on peut voir (en bien plus facile à lire !).

Pour rebondir sur Strabon, al-Idrisi, est-ce vraiment de la géographie pré-vidalienne ? D'une certaine manière, la connaissance des lieux via des toponymes et l'importance dans les éléments concrets en sont des pistes. L'approche par le biais de la nature, ou de la "vieille géographie" est également présente dans les 2 modèles. De l'autre, vu les évolutions récentes de la géographie contemporaine, on est en droit de se poser la question d'une césure de la discipline. A regret, les descriptions de la géographie pré-1960 n'avaient pas tous les défauts du monde que nombre de spécialistes actuels tendent à mettre en avant. Une chose toute simple : la géographie actuelle est bien moins lu de la part du grand public qu'au XIX (Société des Explorateurs, Rapports de conquêtes, relevés, diffusion d'ouvrages de Reclus etc...). En voulant se singulariser (et se professionnaliser sur le modèle des autres ?), la géographie française s'efface derrière un carcan peu lisible pour le grand public (ou les étudiants d'histoire !).
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22847

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   Ven 20 Déc - 20:17

Je suis ravi de lire des interrogations comme les tiennent lorsqu'elles sont si bien partagées. Beaucoup d'auteurs, qu'ils soient reconnus par le monde universitaire (Claval, Collignon, etc.) ou au contraire mis au ban de cette dernière (Berque et tout un tas de passionnés par la discipline) reconnaissent, voire affirment que la géographie est l'une des formes primitives de la conscience. Se repérer, associer le chemin au destin, l'attachement au lieu (on parle notamment du déracinement des migrants) sont des éléments qui permettent de dire sans aucun complexe que les hommes entretiennent avec leur espace une relation ontologique très forte. Alors oui la géographie n'est pas née avec Vidal, comme elle n'est pas non plus l'invention d’Ératosthène ou d'Hérodote. J'ai, plus jeune, tenté et en vain de trouver les premiers à produire de la géographie. L'invention de l'écriture puis du papier a permis de garder plus ou moins intact certaines pensées, il n'a pas révolutionné les consciences - là n'était pas son rôle.

Si bien que de toutes les manières il serait absurde de vouloir trouver un père à une faculté commune aux êtres humains. Le développement des connaissances, si l'on a une conception linéaire de la science, est ponctué de ruptures certaines et Vidal à affirmé sa conception de la discipline tardivement et de manière quasi despotique. Vidal était un universitaire, mais également un homme de caractère, un travailleur, en somme un homme de pouvoir. La géographie l'intéressait mais il voulait lui apporter une touche analytique qui, depuis un célèbre ouvrage de Descartes, devenait inévitable. Décrire : pourquoi, pour qui ? Compiler sans mettre de l'ordre, sans hiérarchiser les données et présenter leur utilité ? Remettre de l'ordre : voilà un projet auquel il s'est adonné.

La difficulté que la discipline rencontre aujourd'hui est liée au choix des facteurs de cette analyse. Les uns insistent sur la dimension sociale de la discipline, les autres sur sa dimension humaine au sens large. Je ne reviendrai pas sur les affrontements entre Durkheim et Vidal qui influencent encore les conceptions actuelles de la discipline. Tout ce que je peux dire finalement, c'est que la géographie est certes devenue une science au sens moderne du terme, mais qu'elle a fini par perdre sa substantifique moelle. Les querelles de clochers ne m'intéressent plus ; l'université a détruit, par des intérêts partisans ou personnels, la nature même de la discipline. Et je ne remets pas pour autant en cause l'influence de la Méthode, mais plutôt les jeux de son interprétation maladive. Et je ne remets pas non plus en cause son intérêt social. Tout n'est pas à jeter.

Où être ? plutôt que Où sont les êtres ? est la véritable interrogation. La géographie est davantage liée à la poésie qu'à la science des roches ou des sociétés. Pourquoi suis-je ici ? Quel lien entretiennent les hommes à leur espace ? Pourquoi ce lien est-il dénaturé ? 

Bien entendu et comme tu l'as dit, la dimension aménagiste (avec l'importance des SIG) est primordiale dans un monde de plus en plus complexe et urbain. Mais ces deux conceptions sont liées, on peut notamment le voir au travers des échecs succesifs des aménagements utilitaristes et technocratiques. Rendons à notre discipline sa poésie et donc son utilité sociale.

______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com


Dernière édition par Thibault Renard le Ven 20 Déc - 20:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22847

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   Ven 20 Déc - 20:23

Vidal était avant tout un universitaire avant d'être un géographe.

______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com


Dernière édition par Thibault Renard le Sam 21 Déc - 19:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com
avatar

Wishyourworld

Ptolémée
Ptolémée


Masculin

Nombre de messages : 218

Localisation : Paris

Réputation : 270

Points : 6050

Date d'inscription : 12/04/2009
MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   Sam 21 Déc - 9:39

Thibault Renard a écrit:
Je suis ravi de lire des interrogations comme les tiennent lorsqu'elles sont si bien partagées. Beaucoup d'auteurs, qu'ils soient reconnus par le monde universitaire (Claval, Collignon, etc.) ou au contraire mis au ban de cette dernière (Berque et tout un tas de passionnés par la discipline) reconnaissent, voire affirment que la géographie est l'une des formes primitives de la conscience. Se repérer, associer le chemin au destin, l'attachement au lieu (on parle notamment du déracinement des migrants) sont des éléments qui permettent de dire sans aucun complexe que les hommes entretiennent avec leur espace une relation ontologique très forte. Alors oui la géographie n'est pas née avec Vidal, comme elle n'est pas non plus l'invention d’Ératosthène ou d'Hérodote. J'ai, plus jeune, tenté et en vain de trouver les premiers à produire de la géographie. L'invention de l'écriture puis du papier a permis de garder plus ou moins intact certaines pensées, il n'a pas révolutionné les consciences - là n'était pas son rôle.

Si bien que de toutes les manières il serait absurde de vouloir trouver un père à une faculté commune aux êtres humains. Le développement des connaissances, si l'on a une conception linéaire de la science, est ponctué de ruptures certaines et Vidal à affirmé sa conception de la discipline tardivement et de manière quasi despotique. Vidal était un universitaire, mais également un homme de caractère, un travailleur, en somme un homme de pouvoir. La géographie l'intéressait mais il voulait lui apporter une touche analytique qui, depuis un célèbre ouvrage de Descartes, devenait inévitable. Décrire : pourquoi, pour qui ? Compiler sans mettre de l'ordre, sans hiérarchiser les données et présenter leur utilité ? Remettre de l'ordre : voilà un projet auquel il s'est adonné.

La difficulté que la discipline rencontre aujourd'hui est liée au choix des facteurs de cette analyse. Les uns insistent sur la dimension sociale de la discipline, les autres sur sa dimension humaine au sens large. Je ne reviendrai pas sur les affrontements entre Durkheim et Vidal qui influencent encore les conceptions actuelles de la discipline. Tout ce que je peux dire finalement, c'est que la géographie est certes devenue une science au sens moderne du terme, mais qu'elle a fini par perdre sa substantifique moelle. Les querelles de clochers ne m'intéressent plus ; l'université a détruit, par des intérêts partisans ou personnels, la nature même de la discipline. Et je ne remets pas pour autant en cause l'influence de la Méthode, mais plutôt les jeux de son interprétation maladive. Et je ne remets pas non plus en cause son intérêt social. Tout n'est pas à jeter.

Où être ? plutôt que Où sont les êtres ? est la véritable interrogation. La géographie est davantage liée à la poésie qu'à la science des roches ou des sociétés. Pourquoi suis-je ici ? Quel lien entretiennent les hommes à leur espace ? Pourquoi ce lien est-il dénaturé ? 

Bien entendu et comme tu l'as dit, la dimension aménagiste (avec l'importance des SIG) est primordiale dans un monde de plus en plus complexe et urbain. Mais ces deux conceptions sont liées, on peut notamment le voir au travers des échecs succesifs des aménagements utilitaristes et technocratiques. Rendons à notre discipline sa poésie et donc son utilité sociale.


Ah la poésie géographique, son utilité sociale. C'est l'approche que tu proposes, celle qui te tient à coeur mais il ne faut pas oublier que la géographie, se fait par ses paires mais aussi et surtout par ses étudiants.
Je ne crois pas aujourd'hui que les étudiants s'engagent dans des études uniquement par seul gout pour la matière. Le monde a changé et notre discipline aussi, pas assez vite à mon goût mais elle a évolué tout de même.
On ne peut plus se permettre de disserter pendant des heures sur des sentiments. Les étudiants reclament tout et tout de suite ; des formations professionnalisantes débouchant sur un emploi. Peu d’entre eux sont réellement passionnés par ce qu'ils fond, c'est un fait ; tu ne peux donc pas imposer une vision totalement apragamatique qui puis est dans un domaine qui n’intéressera qu'une poignée d'étudiants.

Tu as eu cette chance, certes par le travail de parvenir à tes objectifs : l'enseignement au lycée et collège. Mais penses à tous ces jeunes qui ne pourront jamais décrocher un concours qui de toutes les manières sera de plus en plus fermé.
Les cohortes des étudiants vont aller comme tu le sais dans le privé, les bureaux d'études pour les plus chanceux ou la fonction publique dans les métiers de l'aménagement.
Il faut ouvrir son esprit à d'autres formes de pensées que celles de l'enseignement pour l'enseignement. Si pour certains la géographie servaient à faire la guerre, elle doit aujourd'hui surtout servir à trouver un emploi. Elle doit donc être aussi pragmatique que possible.

Car le géographe est devant un public, il doit séduire et proposer de l'utile, de l’intéressant et occasionnellement mais de manière ponctuel de l'innovant. Oublier tout cela, c'est nier que l'enseignement place l'élève au centre du système éducatif et non l'enseignant. Le fonctionnaire est au service du public et non de lui même et cela il ne faut jamais l'oublier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22847

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   Sam 21 Déc - 19:24

Je crois que tu n'as pas bien saisi mon message. Je suis tout à fait d'accord avec tes propos. Seulement il ne faut pas perdre de vue que la géographie aménagiste sous toutes ses formes et qui pourvoit beaucoup d'emplois dont le tien doit tenir compte de la relation ontologique de l'homme à l'espace. Mes propos n'allaient pas plus loin. 

Quant à ton dernier paragraphe il me semble qu'il est hors de propos.

______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com
avatar

Menditar

Ératosthène
Ératosthène


Masculin

Nombre de messages : 86

Âge : 25

Localisation : Paris

Réputation : 221

Points : 3180

Date d'inscription : 06/12/2011
MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   Jeu 26 Déc - 19:33

Je me permet de rebondir sur ce qui a pu être dit, sans tout reprendre.

N'étant pas un grand connaisseur de l’œuvre de Vidal de la Blache (que mes profs m'en excusent), je ne reviendrais donc pas en profondeur sur ce dernier ; pour moi, il est "simplement" un point de repère pédagogique. Il faut bien qu'on nous dise que la géographie se met "vraiment" en place à partir d'un certaine date, avec un auteur bien précis, comme ça c'est plus clair pour tout le monde ; il faut bien simplifier (même si rien n'est jamais simple). Refaire toute l'évolution de la géographie, c'est un sujet vaste et compliqué. Sans parler de la bibliographie qu'il faudrait lire pour en parler avec sérieux..!

Toutefois, la géographie est ce qu'elle est (cette usine à gaz qui part dans tout les sens, mais qui se maintient plus ou moins grâce à ce paradigme commun : la spatialisation) grâce/à cause de cette évolution. Nous allons de plus en plus vers une géographie multiscalaire (normal non ?). D'un côté, la géographie académique, avec ses axes de recherches et ses débats qui finalement ne concernent que le petit monde de la recherche. De l'autre, tous les étudiants (dont je fais parti), qui certes apprécient la discipline, mais veulent aussi un travail à la sortie et des savoir-faire à valoriser sur un marché du travail de plus en plus concurrentiel et prédateur.

Je pense donc qu'il en découle plusieurs conséquences :
1) La grande ouverte de la géographie (physique, culturelle, humaine, environnementale, urbaine) est à promouvoir, elle nous permet d'être riches en connaissances variées, même si une spécialisation est inévitable à un certain niveau
2) Les nouveaux outils sont à mettre en avant, et ce de plus en plus ; SIG, télédétection, géomatique sont demandés à la sortie des masters et en stage

Mais je pense que je m'éloigne un peu du sujet de base. On ne peut pas dire que Vidal ne soit pas géographe vu son influence sur les travaux qui ont suivi ; mais il ne l'était pas plus qu'un Reclus par exemple. Les racines de la géographie sont multiples, et c'est sans doute pourquoi aujourd'hui encore cette discipline se cherche beaucoup ; c'est aussi pour cette raison qu'elle n'hésite pas à mobiliser d'autres domaines (anthropologie, philosophie, écologie, histoire, droit, économie, etc, etc.), et en ce sens je crois que c'est positif.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Felagund

Hécatée de Milet
Hécatée de Milet


Masculin

Nombre de messages : 26

Âge : 31

Localisation : Région parisienne

Réputation : 0

Points : 1900

Date d'inscription : 15/03/2013
MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   Jeu 2 Jan - 14:02

Tu discutes de tout ça très clairement et très mesurément Menditar, c'est agréablement stimulant, merci.

Je suis peut-être naïf (comme l'étaient les grands arpenteurs à en croire le Larousse ? :p ), mais le décalage entre "géographie" et "chorographie" ne me paraît pas si grand, et je voudrais tenter désamorcer quelques clivages évoqués.

Le premier, c'est la gravité du décalage : en France, les ingénieurs d'Etat qui effectivement ne cessent de faire progresser les outils de la géographie au sens étymologique travaillent bien au sein de l'Institut Géographique National. Et si les débats épistémologiques ne portent pas forcément là-dessus, ne laissons pas le papier masquer le fait que les UFR et la formation continue des enseignants du secondaire offrent une large place aux SIG.

Le deuxième, c'est que ce n'est pas qu'une question nationale. J'ai étudié une année à Londres, et la géographie universitaire y a suivi grosso modo -même si avec un peu de décalage- les mêmes évolutions que chez nous. L'existence d'UFR d'études régionales n'empêche pas les anthropologues d'ignorer superbement les travaux des géographes (c'est moins vrai en sens inverse), et tout ce petit monde de hausser les épaules devant les productions du National Geographic.

Pour le dernier, promis j'arrête de tourner autour du pot épistémologique ! Razz J'ai beaucoup de respect pour l'étymologie grecque et tout ça, mais dire que la hiérarchisation des réseaux urbains, les dynamiques migratoires, l'appropriation des territoires et autres objets de la géographie moderne sont "moins" inscrites sur la Terre que les montagnes, les forêts et le bâti - et donc relèvent d'autre chose que de la géographie au sens étymologique -, ça pour le coup ça me semble naïf.
Oui on prend les récits de voyage, les arpenteurs-cartographes, la géomorphologie, les satellites et les SIG, mais on prend aussi le reste, et si les chercheurs discutent plus de la territorialisation que de la localisation ou des plateaux karstiques, c'est assez logiquement que c'est beaucoup moins consensuel, et qu'il faut donc plus de discussion pour faire émerger des connaissances scientifiques.
Enseigner en 6ème est un bon moyen de se forcer à travailler le lien entre tout ça, car les élèves ne manquent pas de faire remarquer qu'on sort de ce qu'ils pensaient être "de la géographie".


Cette discussion me fait penser à un récit qui fait partie du patrimoine de la géographie universitaire française, que lit Mme Zrinscak à ses étudiants, et dans lequel on retrouvera cette façon pour chaque tenant de la géographie de voir midi à sa porte... la conclusion plaira sûrement à Thibault. Wink
>>  C'est là  <<
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Verpadoro

Hipparque de Nicée
Hipparque de Nicée


Masculin

Nombre de messages : 155

Âge : 25

Localisation : France

Réputation : 90

Points : 3823

Date d'inscription : 03/12/2011
MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   Ven 3 Jan - 15:41

Très joli conte, merci Felagund.
Revenir en haut Aller en bas

Yeah_Dude

Hérodote
Hérodote


Masculin

Nombre de messages : 37

Âge : 26

Localisation : Mars

Réputation : 0

Points : 2172

Date d'inscription : 09/06/2013
MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   Jeu 27 Fév - 15:38

Aaaargh, j'avais écrit un pavé pour répondre, et je l'ai supprimé au dernier moment par fausse manip!!! Oo NOOOOOOOOOOOONNNNNNNN!!!!
Revenir en haut Aller en bas

Yeah_Dude

Hérodote
Hérodote


Masculin

Nombre de messages : 37

Âge : 26

Localisation : Mars

Réputation : 0

Points : 2172

Date d'inscription : 09/06/2013
MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   Jeu 27 Fév - 15:40

J'y crois pas, j'ai mis une heure à le rédiger Crying or Very sad 

Bon alors je le réécrirai plus tard, mais je peux pas le résumer en trois lignes. C'était surtout pour répondre à Felagund.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Vidal était-il géographe?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vidal était-il géographe?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion-Géographie : premier forum francophone de Géographie :: La géographie par domaines :: Histoire, méthodes et épistémologie de la géographie-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit