Passion-Géographie : premier forum francophone de Géographie
Bienvenue sur Passion - Géographie, le plus important forum francophone en la matière.
En espérant que vous puissiez vous y plaire ! L'inscription ne prend pas 10 secondes !



 

AccueilAccueil  PortailPortail  Faire une dédicaceFaire une dédicace  Google EarthGoogle Earth  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  Site pro  
Participez au concours n°41 en postant votre photographie !

Partagez | 
 

 Le tourisme et la Méditerrannée française et monégasque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22750

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: Le tourisme et la Méditerrannée française et monégasque   Mer 25 Fév - 2:46

Je vous propose l'introduction et la première partie (la mienne) d'un plan réalisé avec deux collègues sur ce thème. Histoire de partager. Smile

Exposé sur le tourisme et le littoral méditerranéen français et monégasque

Le littoral méditerranéen est l’un des berceaux du tourisme mondial. En effet, dès l’hiver 1784-1785, pas moins de 300 aristocrates britanniques vinrent à Nice afin de profiter de la douceur de son climat. Le littoral méditerranéen français et monégasque s’étend sur environ 1703 km de long entre Cerbère et Menton. Quant à l’épaisseur du littoral, il varie selon les différentes situations spatiales. Par exemple, Montpellier qui est à 10kms de la mer a tourné le dos au littoral alors qu’Arles plus vaste commune de France, pourtant situé a 30kms de la mer, englobe a elle seule la majeur partie du PN de la Camargue et du delta du Rhône. L’épaisseur du littoral varie aussi selon l’évolution temporelle des différents lieux par l’attrait des touristes qui au fur et à mesure se porte plus ou moins vers l’hinterland et le foreland.
Le climat méditerranéen est doux en hiver, sec et chaud en été. Les paysages sont également variés. C’est en partie pour ces raisons mais pas les seules que l’implantation touristique est précoce. Selon l’anglais, le tourisme désigne « l’art de faire un tour ». On considère généralement le tourisme comme un système d’acteurs, de pratiques et de lieux qui a pour objectif de permettre aux individus de se déplacer pour leur recréation (rupture avec la routine aboutissant a un relâchement) hors du lieu de vie habituel, en habitant temporairement dans d’autres lieux.
Le tourisme a-t-il créé ou transformé la Méditerranée française et monégasque ?
Le tourisme forme-il avec la Méditerranée française et Monégasque un « couple parfait » ?
Nous allons tout d’abord nous intéresser aux prémices de la relation entre ce littoral et le tourisme, du XVIIIème siècle aux Trente-Glorieuses.






PLAN

• I) Le tourisme comme moteur de la revalorisation du littoral méditerranéen français et monégasque
– A) D’un tourisme de villégiature à un tourisme balnéaire : la progressive rencontre du littoral et du touriste
– B) Les facteurs du développement touristique sur ce littoral
– C) L’après-guerre et la théorie du « tourisme de masse » : l’exemple de l’aménagement languedocien

• II) Les transformations du littoral méditerranéen : de nouvelles pratiques touristiques et des enjeux multiples
– A) Les conséquences sociétales et environnementales
– B)Vers une sortie du tourisme?

• III) Un littoral méditerranéen où chacun y trouve son compte
– A)D’un littoral pionnier, la Côte d’Azur…
– B)… aux stations balnéaires nouvelles du Languedoc-Roussillon





I)
A) D’un tourisme de villégiature à un tourisme balnéaire : la progressive rencontre du touriste et du littoral


Le tourisme sur la mer méditerranée à véritablement commencé grâce à la redécouverte des littoraux par la littérature avec un regain d’intérêt pour la nature au XVIIIème siècle (Rousseau). Population aillant accès à ces lectures, l’aristocratie est la première clientèle touristique. L’historien Alain Corbin dit de cette redécouverte des littoraux qu’elle vient d’un changement radical des représentations. Devant la mer, on ne pense plus pirate et tempête mais immensité et vide. On vient donc se ressourcer, c’est le début de la re-création. On y vient profiter du mélange des embruns et des pins, qu’on croyait à l’époque fortement vertueux pour les maladies bronchiques : c’est l’ère du climatisme, très à la mode à partir des années 1830 sur la Côte-d’Azur. Ce n’est véritablement qu’au milieu du XIXeim siècle que le tourisme sur la mer méditerranéen commence véritablement à se développer avec le tourisme de villégiature. On vient se reposer, loin de chez soi. On se promène le long des littoraux. Ce sont principalement des russes et des anglais, d’où la promenade des anglais à Nice qui prend son nom en 1854 et qui fut alors aménagée en route carrosable avec des terrasses et des hôtels prestigieux (ex : Hotel des Anglais en 1884). Ce sont surtout des localités en particuliers qui attirent les touristes : Hyères, Cannes, Menton et Nice. Ces touristes viennent plutôt l’hiver, paraître bronzé est encore mal vu, le teint blanc est toujours mieux considéré dans l’aristocratie, synonyme de pureté.
Puis à la fin du XIXème siècle vient l’émergence du tourisme de loisir, n’en témoigne l’ouverture du premier casino d’Europe en 1873 à Monte-Carlo. Le climatisme n’est plus à la mode et des sanatoriums ferment.
Suivant cette évolution, la baignade commence avant la première guerre mondiale. Les baigneurs sont encore très mal vus, surtout à cause de leurs vêtements de bain, rayés. La rayure est encore synonyme de révolutionnaire. La population du littoral méditerranéen change peu à peu. La troisième république est passée par là. Le tourisme et ce littoral ne feront bientôt pus qu’un. Les années folles marquent ainsi la première généralisation de la fréquentation de ce littoral, bien qu’elle soit à relativiser. On veut s’amuser, le littoral du sud offre douceur, mer chaude et farniente. La publicité se multiplie pour mettre en avant ces régions, principalement la Côte-d’Azur. C’est la première grande campagne d’aménagement de l’espace pour répondre a cette clientèle, on construits grands hôtels et restaurants. Puis vient le temps du front populaire avec les premiers départs pour les ouvriers en 1936, on construit alors des auberges de jeunesses et des campings dans les principales villes du littoral méditerranéen voire autour. Cette euphorie est de courte durée avec le début de la deuxième guerre mondiale qui commence trois ans plus tard. L’heure du tourisme de masse n’est pas encore arrivée même s’il devient difficile de cacher l’existence de ce littoral de plus en plus prisé.







B) Les facteurs du développement touristique sur ce littoral

Après 1945, le tourisme se développe de façon exponentielle sur le littoral azuréen et commence également à se développer dans le Languedoc-Rousillon. La valeur ludique devient plus importante que la valeur du travail durant les trente-glorieuses, on veut s’amuser. Il faut aussi voir que d’autres endroits attirent des touristes. C’est le cas du littoral Atlantique avec Biarritz et du littoral Normand avec Dieppe-Deauville-Trouville entre autres. C’est aussi le début du tourisme à l’étranger, de préférence sous les tropiques ou en Catalogne et en Andalousie. Egalement, de plus en plus de personnes vont en station de sport d’hiver depuis les années 1920. C’est donc au littoral méditerranéen de se mettre en avant pour un tourisme estival concurrentiel. Et les atouts ne manquent pas.
L’attrait naturel semble être le premier atout de ce littoral. Variété paysagère avec des massifs anciens comme le massif des Maures de Hyères à Fréjus et de l’Esterel de St-Raphaël à Cannes. Les préalpes plongent dans la mer plus à l’est. Au centre et jusqu’au sud-ouest, de Martigues à Cerbère, de grandes plaines marécageuses parcourues d’étangs et de lagunes. Cet espace possède de multiples espaces pittoresques aménagés par l’homme comme Aigues-Mortes ou plus au sud Collioure par exemple avec un héritage historique important.
Au niveau du climat, le littoral méditerranéen possède le plus d’heure d’ensoleillement avec plus de 2600 heures, voire plus de 2800 entre Marseille et Nice. Les températures sont environ et en moyenne de 8°C en janvier à 23° en juillet sur tout le littoral. Seuls les vents locaux peuvent véritablement déranger. La Tramontane sur le littoral ouest et le Mistral au centre-nord, surtout dans la vallée du Rhône, de cette portion de Méditerranée.
Autre atout, la révolution des transports à participé à développer le tourisme. La principale autoroute sur la côte azuréenne, l’A8, fut finit selon les sections entre 1961 et 1979 et relie Aix en provence à Menton. L’A9, la Languedocienne, d’Orange à Perpignan, fut finit selon les sections entre 1967 et 1978. Le chemin de fer est quant à lui présent depuis le XIXeim siècle.
Enfin, il existe aussi des facteurs sociétaux. On passe de « l’oisiveté est la mère de tous les vices » cf Alain en 1928 dans son livre, Propos sur le bonheur, à « Sous les pavés, la plage » et « on perd sa vie à la gagner » lors de Mai 1968. La société évolue rapidement.
"L'idée qu'en dehors du travail il puisse y avoir d'autres activités, non seulement légitimes, mais valorisantes et susceptibles de définir positivement l'individu,est une idée moderne " (PROST A., 1985.- Histoire de la vie privée, Paris, Le Seuil édit., t.5 , p.31 )
Le niveau financier des français et son pouvoir d’achat a aussi évolué durant les 30 glorieuses. Les français partent de plus en plus en vacance et choisissent de plus en plus la Méditerranée aussi.

C) L’après-guerre et la théorie du « tourisme de masse » : l’exemple de l’aménagement languedocien par l’Etat et les collectivités locales.



Le tourisme de masse, ou processus de massification débute réellement dans les années 50-60. Débute alors un rapport de force entre des touristes aisés voulant rester tranquille dans leur lieu de vacances ou dans leur résidence secondaire et les acteurs de ce nouveau tourisme populaire appuyé par les investisseurs. Le combat n’est pas que sur les plages mais aussi dans l’achat ou la construction de maisons secondaires qui se généralisent : mitage linéaire du littoral autrefois sauvage. La généralisation de la fréquentation touristique de la côte méditerranéenne française pose problème au sens où la capacité d’accueil reste insuffisante. Beaucoup de demande, peu d’offre et à prix encore élevé. Et donc on commence à planifier des grands chantiers, parfois fait avec précipitation pour devenir concurrentiel. L’équipe gaullienne décide d’aménager le littoral Languedocien, qui était alors qualifié d’insalubre à cause de la prolifération des moustiques et du paludisme dans ses marécages. La démoustification débuta en 1955 par traitement chimique. Reboisement pour stabiliser le sol, assainissement pour obtenir de l’eau potable…Les côtes basses sableuses étaient tout de même propices au développement du tourisme balnéaire mais difficiles d’accès au bord de lagunes, on l’appelle « la Floride Française ». On veut aussi capter les flux du tourisme qui part dans les rivieras espagnoles et éviter de construire un mur de béton sur le littoral de la Côte-d’Azur. En 1963 fut créée à cette fin une Mission interministérielle pour l’aménagement du littoral qui proposa un Plan d’urbanisme d’intérêt général (PUIR), puis, en 1972, un Schéma directeur d’aménagement du littoral (SDAL). Cette mission travailla en collaboration avec la région de l’Hérault et les élus locaux pour trouver une solution viable. Le projet initial prévoit la création de 250 000 nouveaux lits afin d’assurer 40 millions de nuitées par an. Le résultat en est la création de Port-Camargue en 1969, la Grande Motte et Saint-Cyprien seront achevés quant à eux en 1967 qui viennent remplacer les vieilles villes balnéaires qui tombent en désuétude comme Palavas-les-Flots entre autres... A travers l’urbanisme de ces nouveaux pôles on voit une recherche de coupure avec les sites ancestraux du tourisme azuréen. On vise une clientèle moyenne et l’on a donc équilibré la répartition des hébergements entre secteur locatif, hôtelier et campings. (Carte Grde Motte) Aussi, on cherchera à laisser intact les espaces naturels entre ces pôles. C’est une véritable réussite économique, les touristes abondent massivement dès les années 70.
La théorie du tourisme de masse est tout de même a nuancer, d’autres régions que le Languedoc-Roussillon connaissent un élan presque similaire durant la même période comme la région PACA et Rhône Alpes. On peut aussi penser que la volonté étatique de vouloir parquer les gens dans des pôles touristiques convenant à leur situation économique a entraîné un mélange volontaire par les touristes. En effet, même si les pôles touristiques du Languedoc ont été créé ex-nihilo pour plaire a une certaine catégorie de personne, il va de soi qu’une partie de ces personnes voulaient tout de même passer ses vacances à Cannes ou St-Trop ‘. Tout promeneur sur la croisette ou sur la promenade des anglais ne gagne pas des millions.

______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com
avatar

Thibault Renard

Philippe Pinchemel
Philippe Pinchemel


Masculin

Nombre de messages : 3584

Âge : 29

Localisation : France - La Rochelle

Réputation : 792

Points : 22750

Date d'inscription : 04/01/2008
MessageSujet: Re: Le tourisme et la Méditerrannée française et monégasque   Mer 25 Mar - 15:20

N'hésitez surtout pas à le compléter, commenter. Si vous faites des exposés ou des commentaires dans d'autres matières géographiques, n'hésitez pas à les mettre en ligne!!!!

______________________________________________
La géographie c'est comme une chocolatine : ça se partage!
http://www.penserlespace.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.passion-geographie.com

soniette83

Anaximandre
Anaximandre


Féminin

Nombre de messages : 8

Âge : 27

Localisation : Brignoles/ france

Réputation : 0

Points : 2921

Date d'inscription : 09/12/2009
MessageSujet: Re: Le tourisme et la Méditerrannée française et monégasque   Mer 9 Déc - 19:15

Pour moi, c'est un bon exposé, je vais m'inspirer de certaines idées pour mes révisions.
Revenir en haut Aller en bas

B.

Anaximandre
Anaximandre


Féminin

Nombre de messages : 8

Âge : 26

Localisation : nice france

Réputation : 0

Points : 2656

Date d'inscription : 17/07/2010
MessageSujet: Re: Le tourisme et la Méditerrannée française et monégasque   Dim 25 Juil - 23:17

Pour moi qui suis de la région, l'exposé semble complet puisqu'à la fois tu évoques les raisons historiques qui en ont fait une région touristique, en meme temps tu rapelles les spatialités de ce tourisme et tu n'oublies pas de mettre en évidence le role des acteurs dans la manière dont ils peuvent s'appropprier l'espace mais mon avis arrive certainement un peu tard
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le tourisme et la Méditerrannée française et monégasque   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le tourisme et la Méditerrannée française et monégasque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion-Géographie : premier forum francophone de Géographie :: La géographie par domaines :: La Géographie appliquée : aménagement du territoire, tourisme et gestion des risques-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit