Passion-Géographie : premier forum francophone de Géographie
Bienvenue sur Passion - Géographie, le plus important forum francophone en la matière.
En espérant que vous puissiez vous y plaire ! L'inscription ne prend pas 10 secondes !



 

AccueilAccueil  PortailPortail  Faire une dédicaceFaire une dédicace  Google EarthGoogle Earth  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  Site pro  
Participez au concours n°41 en postant votre photographie !

Partagez | 
 

 Proche-Orient/Actualités -- crises et polémiques -- [DOSSIER]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Harvey Standler

Anaximandre
Anaximandre


Masculin

Nombre de messages : 8

Âge : 44

Localisation : Pays de Montbéliard - Nord Franche-Comté

Réputation : 0

Points : 2971

Date d'inscription : 05/11/2009
MessageSujet: Proche-Orient/Actualités -- crises et polémiques -- [DOSSIER]   Jeu 5 Nov - 4:11



Pour ceux qui sont intéressés par cette région "chaude" (à tous les points de vue) du globe, j'ouvre ici un dossier pour classer et discuter de toutes les actualités du Proche-Orient.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Harvey Standler

Anaximandre
Anaximandre


Masculin

Nombre de messages : 8

Âge : 44

Localisation : Pays de Montbéliard - Nord Franche-Comté

Réputation : 0

Points : 2971

Date d'inscription : 05/11/2009
MessageSujet: Re: Proche-Orient/Actualités -- crises et polémiques -- [DOSSIER]   Jeu 5 Nov - 4:18

Citation :
Pour Hillary Clinton, la question de Jérusalem est à inclure au menu des négociations sur le futur Etat Palestinien



La secrétaire d'Etat américaine a souligné mercredi au Caire que les négociations israélo-palestiniennes devaient "inclure toutes les questions", en particulier celle de Jérusalem, et s'est dite déterminée à relancer le processus de paix malgré des "obstacles".


"Je peux assurer que notre objectif est de parvenir à un véritable Etat Palestinien, avec une vraie souveraineté", a t-elle ajouté.

"Ma conviction personnelle est que rien ne doit affecter notre engagement et notre détermination à aller de l'avant. Il y a certes des obstacles, mais nous ne pouvons pas laisser quoi que ce soit nous dissuader", a-t-elle dit après s'être entretenu avec le président égyptien Hosni Moubarak.

"Notre politique concernant les activités de colonisation n'a pas changé", a-t-elle assuré.

"Ce que nous avons reçu des Israéliens est sans précédent" et constitue "un mouvement positif", mais "ce n'est pas ce que nous préférons", a poursuivi la secrétaire d'Etat. "C'est comme pour les progrès que les Palestiniens ont fait en matière de sécurité", a-t-elle dit.

http://qc.news.yahoo.com/s/afp/091104/monde/usa_egypte_po_isra__l_palestiniens_diplomatie_1
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Harvey Standler

Anaximandre
Anaximandre


Masculin

Nombre de messages : 8

Âge : 44

Localisation : Pays de Montbéliard - Nord Franche-Comté

Réputation : 0

Points : 2971

Date d'inscription : 05/11/2009
MessageSujet: Re: Proche-Orient/Actualités -- crises et polémiques -- [DOSSIER]   Sam 7 Nov - 20:43

Citation :
Quand le Proche-Orient dit non à Obama



En faisant une mauvaise lecture du conflit israélo-palestinien, l'administration Obama a dilapidé une partie importante de son prestige au Proche-Orient, où elle promettait une «paix durable».


Le président américain et sa secrétaire d'État ont essuyé des refus à chacune de leurs demandes. Israël a dit non à un arrêt total de la colonisation juive en Cisjordanie. Les pays arabes ont dit non à des mesures vers une normalisation avec l'État hébreu. Et les Palestiniens ont dit non à une reprise immédiate des négociations de paix avec les Israéliens après l'étrange sortie d'Hillary Clinton, qui a jugé «sans précédent» samedi dernier l'offre du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou d'un gel partiel des colonies.


«Les petites tribus - les Israéliens, les Arabes et les Palestiniens - ont dit non à la grande puissance sans avoir à en payer le prix ou en subir les conséquences. Et c'est une situation inconfortable pour une grande puissance», déclare Aaron David Miller, ancien négociateur américain au Proche-Orient sous cinq secrétaires d'État.

Les mots «cafouillage», «dérapage» et «gaffe» ont été employés pour qualifier la sortie d'Hillary Clinton à Jérusalem. Selon Miller, la secrétaire d'État américaine n'avait pas tort sur le fond. En consentant à limiter l'expansion des colonies aux 3000 logements déjà autorisés par son gouvernement, le premier ministre Nétanyahou a vraiment fait une offre «sans précédent».

Mais, après avoir réclamé pendant des mois un gel de la colonisation, Hillary Clinton ne pouvait se vanter d'une telle promesse sans consterner les Palestiniens et leurs alliés arabes. Le lendemain, elle a tenté de rassurer ces derniers en affirmant que les États-Unis considéraient toujours les implantations israéliennes en Cisjordanie comme étant illégitimes. Mais le mal était fait.

La secrétaire d'État doit sans doute porter une part du blâme pour le désarroi dans lequel se trouve l'administration Obama au Proche-Orient. Après avoir confié les négociations à un émissaire spécial, George Mitchell, elle s'est immiscée la semaine dernière dans ce dossier avec la subtilité d'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Résultat: le processus de paix entre Israël et les Palestiniens, l'une des principales priorités de politique étrangère de l'administration américaine, est au point mort.

Mais Barack Obama est celui qui a donné le ton et l'orientation à la politique américaine au Proche-Orient. Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas est le premier dirigeant étranger qu'il a appelé au téléphone après son investiture, un signal de sa volonté de se démarquer de l'approche franchement pro-israélienne de l'administration Bush. Et le nouveau président en a remis à ce chapitre en réclamant le gel total des activités de colonisation, un point sur lequel il a insisté lors de son fameux discours au Caire.

Or, il était illusoire d'espérer que le gouvernement israélien se plie à cette demande, selon Aaron David Miller, qui voit dans la stratégie d'Obama l'illustration de sa méconnaissance du dossier israélo-palestinien.

«Il a été conditionné à croire que les activités de colonisation représentent l'obstacle principal à un accord de paix. Ce ne l'est pas, dit Miller. L'obstacle principal à la paix est l'absence d'un accord sur le statut de Jérusalem, les frontières et les réfugiés

Et quelles sont les chances d'en arriver un jour à une entente sur ces questions? Même avant les cafouillages américains des derniers jours, Aaron David Miller les considérait minces ou inexistantes. «L'administration Obama fait face à un défi colossal», dit-il.

http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis/200911/07/01-919429-quand-le-proche-orient-dit-non-a-obama.php
Revenir en haut Aller en bas

kdm

Hérodote
Hérodote


Masculin

Nombre de messages : 49

Localisation : Afrique

Réputation : 0

Points : 4060

Date d'inscription : 24/10/2008
MessageSujet: Re: Proche-Orient/Actualités -- crises et polémiques -- [DOSSIER]   Ven 5 Fév - 20:22

"En ne peut pas changer la géographie en absence du pilier historique."
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Proche-Orient/Actualités -- crises et polémiques -- [DOSSIER]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Proche-Orient/Actualités -- crises et polémiques -- [DOSSIER]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Passion-Géographie : premier forum francophone de Géographie :: La géographie par domaines :: Géopolitique, géographie politique des territoires et géographie électorale-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit